Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Les innovations de Mercedes et Aston Martin interdites pour 2023

Deux solutions aérodynamiques introduites par Mercedes et Aston Martin cette saison ont été interdites dans le Règlement Technique 2023 de la FIA.

Les innovations de Mercedes et Aston Martin interdites pour 2023

La modification du Règlement Technique de la Formule 1 pour la saison 2023 rend illégaux deux concepts aérodynamiques novateurs vus cette année, sur l'aileron avant de Mercedes et l'aileron arrière d'Aston Martin. Leur introduction en Grand Prix avait suscité quelques interrogations car, bien que les textes de la FIA aient été respectés, ces concepts s'éloignaient de l'idée de diminuer les turbulences des voitures pour améliorer le suivi sur la piste.

La plaque d'extrémité radicale de Mercedes a fait son apparition au Grand Prix de Miami et présentait un design unique sur le point d'intersection entre les volets et la plaque d'extrémité. Sur la section extérieure, les extrémités des volets étaient poussées vers l'avant de manière très agressive, de sorte que l'arrière de la plaque d'extrémité était complètement détaché. L'équipe allemande essayait ainsi de récupérer une partie du phénomène d'outwash (le dégagement de l'air vers l'extérieur) ayant été réduit par le nouveau règlement.

L'aileron avant de la Mercedes W13

L'aileron avant de la Mercedes W13

Aston Martin s'est lui retrouvé sous le feu des projecteurs au Grand Prix de Hongrie, en présentant un aileron arrière qui semblait aller à l'encontre de l'une des principales intentions des règles de 2022. La FIA espérait mettre fin à la traditionnelle interaction entre la plaque d'extrémité et l'aileron avec une transition incurvée entre les deux éléments pour réduire la puissance du vortex d'extrémité et la perturbation du flux d'air. Or, en Hongrie, le plan principal et la plaque d'extrémité d'Aston Martin se redressaient sur leur point de rencontre, ce qui augmentait l'envergure de la plaque, et donc l'appui pouvant être généré, et rendait le design similaire à celui des années précédentes.

Si les concepts de Mercedes et Aston Martin ont pu être utilisés en course en profitant des zones grises du règlement, l'organe directeur a depuis fait le ménage. "[Les concepts de Mercedes et Aston Martin] étaient évidemment légaux cette année", a expliqué Nikolas Tombazis, directeur technique des monoplaces de la FIA. "Les règles ont changé de différentes manières, à la fois à l'avant et à l'arrière [de la voiture], pour mettre fin à ces solutions."

Désormais, les règles sont plus strictes en ce qui concerne le balayage vers l'arrière des volets de l'aileron avant et plus précises sur la forme des extrémités de l'aileron arrière.

L'aileron arrière de l'Aston Martin AMR22

L'aileron arrière de l'Aston Martin AMR22

Interrogé par Motorsport.com, Tom McCullough, directeur de la performance d'Aston Martin, reste fier du fait que l'équipe britannique a pu développer une solution audacieuse dans un règlement restrictif même si elle sera interdite en 2023.

"Ce qui était bien cette année, c'est que nous avons proposé quelque chose de nouveau et d'inédit", a-t-il expliqué. "C'était une interprétation très difficile des règles qui a rendu notre voiture plus performante. C'était une pièce que l'on ne pouvait pas copier rapidement en raison de la difficulté à contourner plusieurs règles différentes."

"Donc, d'une certaine manière, nous avons eu un avantage cette année parce qu'au moment où nous avons apporté [l'aileron] à Budapest, il était assez tard pour que les [autres équipes] réagissent. Et du point de vue du plafond budgétaire, elles avaient déjà conçu leur aileron à fort appui. Donc j'étais vraiment heureux. Beaucoup de personnes ont été impliquées dans ce projet, pendant longtemps, avec des allers-retours chez la FIA pendant de nombreux mois. Mais je comprends, notre travail consiste à toujours tirer le meilleur parti des règles et, si elles changent, nous devons nous adapter."

Tombazis a ajouté que, même si la formulation des règles empêchent les équipes d'introduire des pièces qui nuisent à la qualité de la course, la FIA suivra toujours le règlement à la lettre pour intervenir, avec d'abord des discussions avec les équipes puis avec la tenue de réunions de la Commission F1 et du Conseil Mondial du Sport Automobile.

L'article 3.2.1 du Règlement Technique dispose : "Un objectif important du règlement dans l'article 3 est de permettre aux voitures de rouler de manière rapprochée en veillant à ce que la perte de performance aérodynamique d'une voiture suivant une autre soit maintenue à un minimum. Afin de vérifier si cet objectif a été atteint, les concurrents peuvent être tenus, sur demande, de fournir à la FIA toute information pertinente."

À la question de savoir si les changements pour 2023 ont été motivés par des préoccupations concernant les solutions générant plus de turbulences, Tombazis a répondu : "Certains changements de règles entrent dans cette catégorie mais cet article [3.2.1] ne cherche pas à dire : 'OK, si vous êtes malins et que vous avez développé une solution, nous allons la retirer de la voiture immédiatement'. Il donne simplement une explication sur les raisons pour lesquelles nous devons parfois intervenir. Mais nous l'avons toujours fait avec la gouvernance. Nous n'avons pas le droit de dire simplement : 'Nous n'aimons pas ça, interdisons-le'."

Lire aussi :
partages
commentaires
Gasly : "Seul l'avenir dira" si Tsunoda peut être leader d'AlphaTauri
Article précédent

Gasly : "Seul l'avenir dira" si Tsunoda peut être leader d'AlphaTauri

Article suivant

Mercedes : 2022 reste moins douloureux que la perte du titre 2021

Mercedes : 2022 reste moins douloureux que la perte du titre 2021