Interlagos - La Formule 1 n'est pas irremplaçable

partages
commentaires
Interlagos - La Formule 1 n'est pas irremplaçable
Par : Fabien Gaillard
20 nov. 2016 à 16:45

Le promoteur du Grand Prix du Brésil a déclaré que, même s’il était quasiment sûr qu’Interlagos serait au calendrier 2017, la Formule 1 était remplaçable immédiatement si elle ne venait plus à São Paulo.

Felipe Massa, Williams FW38, Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11, Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11, Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Track atmosphere
Valtteri Bottas, Williams FW38, Felipe Massa, Williams FW38, Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
L'atmosphère sur le circuit, la grille de départ
L'atmosphère sur le circuit
L'atmosphère sur le circuit
Atmosphère de la ville
L'atmosphère de la piste, la grille de départ
L'atmosphère de la piste, la grille de départ
L'atmosphère de la piste

Alors que le calendrier 2017 du championnat du monde de Formule 1 doit être validé le 30 novembre prochain par le Conseil Mondial du Sport Automobile, trois Grands Prix sont en suspens. L’Allemagne tout d’abord, dont la situation semble la plus désespérée, le Canada, qui devrait selon toute vraisemblance être confirmé, et le Brésil, avec des bisbilles entre le promoteur de l’épreuve et Bernie Ecclestone.

En effet, le tracé dispose d’un contrat avec la FOM courant jusqu’en 2020, mais cet accord comprend plusieurs séries de travaux qui doivent être effectués. Or, il est reproché la lenteur de ces développements, et la menace d’une disparition pure et simple a donc été brandie pour faire pression sur le promoteur.

Simple discours ou réalité, le promoteur en question, Tamas Rohonyi, ne se montre pas plus inquiet que cela. Ainsi, après avoir affirmé à Autosport qu’il était certain à "95%" de la tenue de la course en 2017, il explique que même si ça n’était pas le cas, une compétition remplaçante serait vite trouvée à la Formule 1.

"Nous avons une entreprise très vieille et puissante ici, et nous aurions immédiatement une autre course internationale pour ce circuit. Les gens viennent à Interlagos parce que ce sont des passionnés de sport auto, et une fois par an, ils veulent une grande course internationale."

"Je suis dans le business d’organisation de courses internationales de sports mécaniques et si je ne peux pas faire courir la F1, que je fais courir depuis 42 ans, c’est comme quand Pavarotti meurt, vous prenez un autre chanteur. Vous avez un opéra et vous devez remplir les sièges donc c’est ce que je ferai. Ça ne m’empêche pas de dormir."

"Ça ira"

Il explique les problèmes de la course par le fait qu’il s’agit d’un "trou dans notre budget en raison de la situation économique du Brésil", avant d’ajouter : "Nous avons perdu un important sponsoring par les compagnies d’État, la banque d’État, la compagnie pétrolière, la compagnie de commerce d’État et même Shell, qui était un gros client ici - mais j’ai confiance dans le fait que ça ira."

Le maire nouvellement élu de São Paulo, João Doria, sera intronisé le 1er janvier 2017. S’il s’est dit favorable à la privatisation du circuit, il ne serait néanmoins pas opposé du tout à la prolongation du Grand Prix, selon Rohonyi.

"La seule façon d’amener cela à une conclusion est de prolonger le contrat jusqu’en 2028 ou 2024. J’imagine que 2028 sera l’objectif parce que nous devons mobiliser beaucoup d’entreprises, beaucoup de gens et beaucoup de clubs politiques. Tous ces gens vont dire, assez logiquement : ‘nous allons soutenir cela, mais faisons-le sur le long terme’."

Dernier point évoqué, le fait que la grille 2017 n’est pas encore assurée de compter dans ses rangs un pilote brésilien avec la retraite de Felipe Massa et l’incertitude autour de la situation de Felipe Nasr, même s’il semble bien parti pour conserver son baquet chez Sauber.

Cependant, le promoteur estime que cela n’aura "aucun" effet sur l’affluence. "Nous avons autour de 55'000 personnes [le dimanche]. Le pays compte 200 millions d’habitants, donc je pense qu’il est raisonnable d’imaginer qu’il y a 55'000 personnes qui sont tellement folles de F1 qu’elles vont quand même venir pour voir les plus grands pilotes."

Article suivant
Ecclestone - La F1 vers la perte de Singapour et de constructeurs

Article précédent

Ecclestone - La F1 vers la perte de Singapour et de constructeurs

Article suivant

Une équipe pourrait prendre les devants en 2017, selon Brawn

Une équipe pourrait prendre les devants en 2017, selon Brawn
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard