Istanbul a passé sa piste au Kärcher pour éviter les soucis de 2020

La piste de l'Istanbul Park devrait donner plus d'adhérence aux pilotes après avoir été traitée à la suite de la course de l'an dernier.

Istanbul a passé sa piste au Kärcher pour éviter les soucis de 2020

La surface de la piste de l'Istanbul Park avait été refaite en 2020 pour le retour inattendu de la Formule 1 dans le contexte de la pandémie de COVID-19, alors que la catégorie reine du sport automobile ne s'était plus rendue en Turquie depuis 2011. Cependant, les travaux n'avaient été finis que deux semaines avant la course.

La nouvelle surface manquait d'adhérence, surtout avec les composés les plus durs de la gamme Pirelli : maintenir la température dans les pneus était difficile. Le manufacturier italien avait fait savoir qu'il aurait choisi des composés plus tendres s'il avait été informé à temps de ces travaux. Les problèmes avaient été exacerbés par de fortes pluies en qualifications et en course, qui avaient rendu les conditions encore plus délicates pour les pilotes.

Le directeur de course de la FIA, Michael Masi, a récemment informé les écuries de Formule 1 que "l'entièreté de la surface de la piste a été traitée pour accroître le niveau d'adhérence", en plus du fait que la nouvelle surface prenne de l'âge. L'adhérence supplémentaire créera un défi supplémentaire pour les équipes, car les données collectées l'an dernier seront moins pertinentes.

"Chaque saison, nous informons régulièrement les équipes de tout changement apporté à un circuit pour un Grand Prix à venir", indique Masi, interrogé par Motorsport.com. "Que ce soient les murs, les grillages, les barrières. Cela peut être la surface de la piste qui est refaite. Oui, la surface en Turquie a été passée au Kärcher, c'est un traitement effectué régulièrement."

"Nous avons vu ça être fait régulièrement à Singapour par exemple, où l'asphalte des routes publiques qui sont utilisées est souvent refait à cause du mouvement [du trafic]. C'est ce qui s'est passé [en Turquie], ainsi que plusieurs autres changements."

Lorsqu'il lui est demandé si le circuit a commis une erreur en 2020, Masi répond : "Je pense que c'était juste une question de timing l'an dernier, je pense que nous l'avons dit à l'époque. C'était littéralement une question de timing, et ils ont rectifié ça en conséquence."

Sebastian Vettel, Ferrari SF1000, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16

Après l'édition 2020 du Grand Prix de Turquie, Ross Brawn, manager sportif de la F1, était catégorique sur l'impact positif du manque d'adhérence à Istanbul. "Je suis conscient que les pilotes n'étaient pas satisfaits du niveau d'adhérence, mais c'était la conséquence de la décision tardive d'y courir lorsque le calendrier a été modifié pour réagir au COVID-19", avait-il déclaré.

"Je crois que les pilotes doivent parfois se rappeler que c'est une compétition pour être celui qui franchit la ligne d'arrivée en premier. Si le niveau d'adhérence n'était pas élevé, c'était pareil pour tout le monde. Certains pilotes se sont concentrés et s'y sont faits, d'autres ont vécu ça comme une source de distraction."

"Avoir une surface éprouvante comme c'était le cas ce week-end n'était pas une mauvaise chose. Cela dévoilait pleinement le talent du pilote. Je ne crois pas que le niveau d'adhérence soit représentatif du niveau de compétition. La compétition doit être juste et équitable. C'est un sport, donc nous devons donner à tout le monde la même opportunité. C'est difficile, mais ce devrait être vu comme une bonne chose."

Lire aussi :

partages
commentaires
Comment la pandémie continue d'impacter la F1

Article précédent

Comment la pandémie continue d'impacter la F1

Article suivant

Sainz devrait utiliser le nouveau système hybride Ferrari en Turquie

Sainz devrait utiliser le nouveau système hybride Ferrari en Turquie
Charger les commentaires