Jean Todt : "Ferrari aurait ?t? sanctionn?e"

Dans cette affaire d'espionnage, la FIA admet que l'écurie McLaren est allée à l'encontre de l'article 151c du code sportif de la F1, mais n'inflige pas pour autant de pénalité aux hommes de Ron Dennis

Dans cette affaire d'espionnage, la FIA admet que l'écurie McLaren est allée à l'encontre de l'article 151c du code sportif de la F1, mais n'inflige pas pour autant de pénalité aux hommes de Ron Dennis.

Ferrari a instantanément fait part de son étonnement concernant ce verdict et aujourd'hui, Jean Todt s'interroge quant à l'aboutissement de ce dossier si le contexte était permuté.

"Je me demande ce qui serait arrivé si les rôles étaient totalement inversés, s'ils avaient trouvé au domicile du chef designer de Ferrari 780 pages secrètes, 780 documents confidentiels sur une autre équipe."

"Ils auraient crié au scandale, une sanction exemplaire aurait été exigée. Et on l'aurait accordée, je n'ai aucun doute" confie le patron de la Scuderia Ferrari.

"Il n'y a aucune logique dans ce verdict. Ils sont coupables ou ils ne le sont pas. L'équipe McLaren a été tenue pour responsable d'avoir violé les règlements de la F1, de s'être comportée de manière frauduleuse, mais elle n'a pas été punie."

"Ce n'est pas tout car McLaren, pendant l'audition, a reconnu avoir reçu des documents confidentiels et la connaissance de cette opération d'espionnage est parvenue au niveau supérieur, même à Ron Dennis. Et il n'y a pas eu de sanction, c'est honteux."

"Une chose est sûre : nous chez Ferrari, on peut se regarder tranquillement dans le miroir. Depuis hier, je pense que d'autres ne peuvent pas en faire autant."

Le français estime qu'avec ces informations, l'équipe McLaren avait un coup d'avance sur la Scuderia et que la bataille n'est pas équitable. Il compare d'ailleurs cette situation à une partie de poker.

"Une sensation étrange apparaît à l'issue de ce verdict. C'est comme si vous jouiez au poker contre un adversaire qui connaît vos cartes. L'avantage est évident, il est énorme même."

"Je suis dans ce milieu depuis 40 ans environ, j'ai vu toutes sortes de choses donc plus rien ne m'étonne, mais cette situation atteint vraiment les limites."

"Dans le travail j'essaie toujours de contrôler les émotions et les sentiments. Je dois être rigoureux d'abord avec moi-même et ensuite avec mes collaborateurs. Sur le plan professionnel, chaque action doit être réalisée avec soin. Cette attitude traduit un objectif précis : nous devons être compétitifs face à nos rivaux."

"Nous revenons d'un Grand Prix décevant en Allemagne, d'autant plus que notre fiabilité est mise en cause, donc nous devons immédiatement revenir dans le droit chemin."

Jean Todt sait que son équipe doit se reconcentrer sur le championnat, mais cela n'empêchera pas Ferrari de faire appel du verdict de la FIA. "Nous allons voir ce que l'on peut faire et ensuite nous déciderons."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Todt
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités