Button est resté en F1 "un an de trop"

Pour les pilotes qui réalisent une longue carrière en Formule 1, trouver le moment le plus opportun pour quitter la catégorie reine du sport automobile peut être délicat.

Certains préfèrent partir après un titre de Champion du monde, comme Alain Prost ou Nico Rosberg ; d'autres s'accrochent à leur baquet aussi longtemps qu'ils le peuvent, l'exemple de Rubens Barrichello venant spontanément à l'esprit.

Jenson Button, quant à lui, a passé pas moins de 17 ans en Formule 1 avec 306 départs en Grand Prix, ce qui fait de lui l'un des pilotes les plus expérimentés de l'Histoire de la discipline. Le Champion du monde 2009 semble toutefois regretté d'avoir persévéré dans un projet McLaren-Honda qui ne lui a pas apporté de bons résultats, puisqu'il n'a plus gagné après le Grand Prix du Brésil 2012, alors que son dernier podium, obtenu sur tapis vert, date de l'Australie 2014.

La retraite, celui qui est revenu pour un ultime one-off au Grand Prix de Monaco 2017 ne la regrette donc pas : "C'était très agréable, et c'était nécessaire également. Dans ma carrière, il s'est passé beaucoup de choses auxquelles je n'ai pas eu le temps de réfléchir au moment voulu. Il m'a fallu cette année pour penser intérieurement à ce qui s'est passé. C'était bien."

"J'ai fait la course à Monaco ; la course, on peut l'oublier, mais j'ai adoré les qualifications. Piloter ces monstres à Monaco... et l'autre course qui se démarque vraiment, c'est celle-ci [Suzuka], ça doit être très spécial d'y piloter une voiture 2017. Mais est-ce que la F1 me manque ? Non. La course me manque. Mon amour pour le sport auto s'est légèrement atténué. Je pense que je suis resté en F1 un an de trop."

S'il a quitté la Formule 1, Jenson Button n'est pas resté inactif pour autant. Le Britannique a participé aux 1000 Kilomètres de Suzuka avec Honda en Super GT, certes sans réussite avec la 12e place, mais avec beaucoup de plaisir.

"Nous n'avons pas signé un très bon résultat, car nous avons eu tous les problèmes possibles et imaginables, mais j'ai retrouvé mon amour de la course", poursuit Button. "J'ai vraiment adoré ça. Dès la fin de la course, je voulais remonter dans la voiture et recommencer. Je n'avais pas eu ce sentiment depuis un moment."

"J'avais hâte de piloter une voiture, quelle qu'elle soit, en fait. L'an prochain, je courrai quelque part. Je ne sais pas encore où, je ne sais pas si ce sera en Amérique, en Europe ou au Japon. Je ne sais pas. Il y a quelques options, et je veux faire une saison complète et la prendre au sérieux."

L'IndyCar effraie Button

Bien que Button reste membre à part entière de McLaren et puisse conserver des liens avec l'écurie à l'avenir, sa priorité est de trouver un volant à plein temps en Endurance.

Lorsqu'il lui est demandé quels championnats l'attirent, l'Anglais répond : "Je pense que l'IMSA – je ne sais pas comment ça s'appelle maintenant – les voitures DP, j'adore qu'il y ait une sélection de coques avec lesquelles ils courent, puis ils peuvent faire leur propre voiture avec le package aérodynamique et l'unité de puissance. Il y a quelques constructeurs qui y courent, c'est génial."

"Le sport auto se développe en Amérique. La catégorie GT est très bonne, mais je ne suis pas sûr de vouloir être dans une voiture qui se fait dépasser par des DP. C'est quelque chose que j'ai du mal à envisager."

"J'adorerais faire Le Mans un jour, mais je ne suis pas sûr que ce soit le bon moment pour y sauter. Je trouve la catégorie LMP2 géniale, il y a énormément d'équipes et beaucoup de pilotes talentueux, mais il y a le LMP1. Je n'arrive pas à envisager de piloter une voiture qui est 20 secondes plus lente qu'une autre."

L'IndyCar a d'excellents pilotes, mais ça me fout une de ces pétoches !

Jenson Button

Il semble toutefois que l'on ne soit pas près de revoir Button au volant d'une monoplace, puisque l'IndyCar et la Formule E, qui sont deux autres championnats majeurs, ne le tentent pas.

"Je ne suis pas intéressé", confirme-t-il. "L'IndyCar a d'excellents pilotes, mais ça me fout une de ces pétoches ! Je suis ébahi qu'ils courent encore. Ce sont des gars très courageux. Mais je ne toucherai pas à ça. Je ne pense pas que ce soit nécessaire à ce stade de ma carrière."

"La Formule E a certainement sa place, je pense que c'est très bien pour les constructeurs, la technologie qui est utilisée, elle va continuer à se développer, mais ce n'est pas quelque chose qui m'enthousiasme."

"Je veux faire la course et m'amuser. Je veux entendre le moteur, je veux l'entendre rugir. Je veux piloter quelque chose qui a plus de 600 ch. C'est avec ça que j'ai grandi. J'allais à des endroits comme Donington ou Castle Combe et on voyait ces voitures complètement folles faire la course, une Porsche turbo de 900 ch contre une mini qui était aussi large que longue avec un moteur de dingue ! C'est ce que j'adorais, j'adorais la puissance et les pilotes qui ne maîtrisaient absolument jamais rien."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button
Équipes McLaren
Type d'article Actualités