Jost Capito reste en contact avec la famille Williams

S'il a pris la tête de Williams Racing, Jost Capito ne renie pas ceux qui en ont fait l'histoire.

Jost Capito reste en contact avec la famille Williams

Voilà deux mois que Jost Capito est devenu PDG de Williams Racing, et celui qui a connu un certain succès lors de sa carrière en sport automobile (notamment chez Volkswagen en WRC) a adopté une approche studieuse pour faire connaissance avec cette équipe légendaire. Prenant la tête de l'écurie fondée par Sir Frank Williams, Capito continue de discuter régulièrement avec sa fille Claire, qui en a été la directrice adjointe de 2013 à son rachat en 2020, et Patrick Head, son directeur technique de 1977 à 2004.

"Je suis en contact avec les deux", indique l'Allemand. "Je connais Claire depuis quelques années, je connais Patrick depuis longtemps. Il est donc évident que nous sommes en contact, et ce n'est pas du genre 'tu peux me renseigner là-dessus ?', nous discutons de choses que je veux savoir, que j'ai besoin de savoir, et c'est une conversation normale. Mais j'ai de très bonnes relations avec eux deux."

Lire aussi :

Surtout, Capito a initié de nombreuses conversations avec certains des principaux employés parmi les 600 et quelque que compte l'écurie. Il en a tiré une conclusion majeure : le besoin de préserver ce qui est décrit comme une "ambiance familiale". Selon lui, ce sera la clé pour remonter la pente, alors que Williams a conclu les trois dernières saisons en date à la dernière place du championnat des constructeurs.

"Quand j'ai commencé, je ne pouvais pas être à Grove. J'ai donc organisé des réunions de 30 à 45 minutes en visioconférence avec tous les managers. J'en ai fait plus de 50 à ce jour", détaille Capito. "Et je leur pose toujours les six mêmes questions. L'une d'elles était : 'Que devrions-nous préserver, et pourquoi ?' Et 99% des collègues chez Williams ont parlé de cette ambiance familiale, de la manière dont les gens sont traités et dont ils travaillent ensemble. J'étais vraiment content d'entendre quasiment tout le monde dire ça, car c'est mon style de management. Il faut travailler comme une famille."

"Tous les jours ne sont pas heureux. Mais cette ambiance familiale, c'est un lien très solide : on fait tout pour la famille. Il y a un lien de sang qui rassemble tout le monde dans cette équipe.  Et il y a aussi le soutien. Si quelqu'un voit une faiblesse chez quelqu'un d'autre, il faut apporter son soutien pour résoudre le problème au lieu de critiquer. Avoir cette coopération où l'on se soutient, mais aussi définir et célébrer le succès ensemble, c'est ça qui soude une équipe."

"L'écurie a eu des contraintes financières pendant quelques années, mais ça ne l'a pas détruite, ça n'a détruit ni cette ambiance familiale ni son identité. Williams est si fort que même ces temps difficiles ne peuvent pas lui faire de mal. Et pour moi, c'est une base fantastique pour faire remonter la pente à l'équipe grâce à un style de management coopératif. Car d'après ce que j'y ai vu, il y a beaucoup de talents. C'est un mélange fantastique de jeunes ingénieurs et mécaniciens ambitieux et de gars qui y sont depuis 30 ans ; ils travaillent bien ensemble. Et si on les soude vraiment bien, alors je suis sûr que l'on prendra du plaisir à y travailler et que l'on aura du succès."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll 

partages
commentaires
Alpine : Budkowski "apporte sa touche" à une équipe confiante

Article précédent

Alpine : Budkowski "apporte sa touche" à une équipe confiante

Article suivant

Pourquoi la FIA se montre plus stricte sur les contrôles

Pourquoi la FIA se montre plus stricte sur les contrôles
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams Racing
Auteur Benjamin Vinel