Karun Chandhok, Team Lotus T128

Karun Chandhok et son cauchemar chez Lotus

Il y a dix ans avait lieu le premier Grand Prix d'Inde de l'Histoire de la Formule 1. Karun Chandhok était censé y participer, mais ça n'a pas été le cas, le pilote d'essais Team Lotus s'étant progressivement retrouvé mis à l'écart de l'écurie.

En 2010, avec les trois nouvelles écuries Lotus Racing, Virgin Racing et Hispania Racing Team, la Formule 1 comptait désormais 24 monoplaces sur sa grille, quatre de plus que la saison précédente. Cette saison fut logiquement le théâtre de l'arrivée de nombreux rookies : c'était l'occasion d'une première campagne complète pour Jaime Alguersuari, Kamui Kobayashi, Nico Hülkenberg, Vitaly Petrov, Lucas di Grassi, Bruno Senna… et Karun Chandhok.

Malgré des performances modestes en GP2 (deux victoires en Course Sprint, un total de cinq podiums en 61 participations, et surtout une médiocre 18e place au classement 2009 avec l'équipe Ocean Racing Technology), Chandhok avait trouvé un baquet chez Hispania, la structure la moins fortunée de toutes. Les débuts ont été difficiles, avec des premiers tours de roue qui ne sont intervenus qu'en qualifications au Grand Prix de Bahreïn.

Article précédent Pour le GP d'Australie, "ça passe ou ça casse" en 2022
Article suivant Mercedes nie être affaibli par le départ de son responsable moteur

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse