Key - Toro Rosso peut faire comme les équipes de pointe

James Key a rejoint Toro Rosso en 2012, en provenance de Sauber. Le technicien est aujourd’hui une des figures des réussites de la petite Scuderia.

Key - Toro Rosso peut faire comme les équipes de pointe
James Key, Directeur Technique Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
James Key, Directeur Technique Scuderia Toro Rosso
Adrian Newey, Directeur Technique Red Bull Racing regarde la Scuderia Toro Rosso STR11 sur la grille
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11

Avec une monoplace et des pilotes prometteurs, l’écurie de Faenza semble aujourd’hui à son meilleur niveau depuis ses débuts. Si le travail est évidemment collectif, difficile de ne pas y voir la patte de James Key, arrivé de l'écurie Sauber il y a quatre ans.

"Nous travaillons très dur depuis trois ans pour passer de ce qui était une bonne équipe, mais toujours en croissance quand je l’ai rejoint en 2012, à une équipe qui est dans une forme correcte maintenant", a-t-il expliqué pour GPUpdate.net.

"Ce que nous avons fait, c'est changer l’attention de l’équipe, restructurée de manière importante lors des trois dernières années, et nous avons été très clairs et ambitieux sur ce que nos objectifs devaient être. Je pense que travailler vers un objectif, travailler vers une ambition pour tout le monde, aide la concentration entière de l’équipe pour avancer dans une direction commune."

Maximiser le potentiel

Une direction commune qui vise à favoriser un haut niveau de performance avec des moyens réduits. "Ce n’est pas seulement le design et le développement, mais la production, les opérations en piste, les arrêts aux stands… Toutes ces choses. Regarder ce que les équipes plus grandes, plus établies peuvent accomplir et ce qui est possible ; nous pensons qu’il n’y a aucune raison pour laquelle nous ne pouvons pas faire ça."

"Oui, nous avons un plus petit budget et moins de personnel, mais physiquement parlant c’est tout de même réalisable, il faut juste trouver un moyen de le faire. C’est très difficile. On atteint un point où on ne peut pas aller beaucoup plus loin sans dépenser bien plus d’argent. J’imagine que c’est maximiser ce que nous pouvons faire avec le budget et le temps dont nous disposons."

Psychologie

Là où Toro Rosso comptait sur des contre-performances ou des abandons pour entrer dans les points il y a quelques saisons, la structure est aujourd'hui naturellement devenue une candidate au top 10. "C’est une bonne chose. C’est extraordinaire la manière dont la psychologie d’une équipe peut changer."

"Quand je suis arrivé ici, c’était une année particulièrement difficile. Nous avions les trois nouvelles équipes à l’époque, avec HRT, Marussia et Caterham. La Q1 c’était sept voitures qui étaient éliminées. Il y avait un autre pilote, ou une autre équipe qui sortait et c’était toujours Toro Rosso. Nous étions heureux si l’autre gars était 14e. C’était à peu près là où nous étions. Ce n’était pas aussi compétitif que l’année précédente, pour être honnête, mais ça s'était terminé en P9 [au Championnat]."

"Je pense qu’essayer de faire en sorte que tout le monde ait la tête tournée vers la conviction que nous pouvons réussir bien mieux que ça, c'est la moitié du challenge. Une grande partie de cela est psychologique. Dès que l'on marque des points plus régulièrement, que les voitures sont en Q3, on s'attend à être capable de faire ça, et on est déçu quand on ne le fait pas. Ça peut arriver très vite."

Tout le monde joue un plus grand rôle

Jordan, Midland, Spyker, Force India, Sauber, Toro Rosso ; James Key est un spécialiste des petites écuries. Une configuration qui est plus gratifiante selon lui."Il faut avoir de bonnes et solides relations de travail avec les gens pour trouver la meilleure façon d’avancer. J’aime l’atmosphère d’une petite équipe. Tout le monde joue un plus grand rôle et tout le monde tire de la satisfaction et sait qu’il joue un plus grand rôle dans ce que l’équipe accomplit."

"La grande chose avec Toro Rosso est que tout le monde est vraiment enthousiaste pour avancer et faire réussir, donc il a été très simple de mouler l’équipe dans une forme qui va faire cela. Chaque équipe n’est peut-être pas aussi facile que cela, donc c’est la chose positive ici. Je crois que l'on tire de la satisfaction en voyant cette croissance et ce développement."

partages
commentaires
“Le Grand Soir” du Grand Prix du Canada au profit des enfants
Article précédent

“Le Grand Soir” du Grand Prix du Canada au profit des enfants

Article suivant

Mercedes attend des stratégies "extrêmes" en Chine

Mercedes attend des stratégies "extrêmes" en Chine
Charger les commentaires