Klien révèle pourquoi Red Bull l'a remplacé par Webber

À l'exception de trois Grands Prix chez HRT en 2010, c'est en fin de saison 2006 qu'a pris fin la carrière de Christian Klien en Formule 1, lorsque Red Bull Racing s'est séparé de lui.

Klien révèle pourquoi Red Bull l'a remplacé par Webber

Membre du Red Bull Junior Team de 2001 à 2003, année où il a été vice-champion de F3 Euro Series, Christian Klien a couru en Formule 1 à temps plein pendant les trois saisons suivantes avec le soutien de la marque au taureau, toujours au sein de la structure de Milton Keynes. Cette dernière était la propriété de Ford sous le nom de Jaguar avant d'être rachetée par Red Bull fin 2004.

Klien n'a toutefois pas eu un grand succès dans l'élite au sein de cette écurie de milieu de tableau, n'inscrivant que 14 points en 49 départs en Grands Prix. Red Bull s'est séparé de lui fin 2006 et l'a remplacé par Mark Webber, mais d'après le principal intéressé, il y avait une raison diplomatique à cela…

"J'ai su que je n'allais pas continuer avec Red Bull Racing à Monza", a confié Klien à MotorMouth. "Je le savais déjà quelques mois avant. Mark Webber est venu me voir et m'a dit : 'Écoute Christian, tu devrais chercher un nouveau baquet pour l'an prochain, car je serai le pilote de Red Bull Racing l'an prochain'."

"La raison à cela est qu'Adrian Newey voulait les moteurs Renault – en 2006 c'étaient encore les moteurs Ferrari [chez Red Bull]. Le moteur Renault requérait un package de refroidissement bien moins volumineux, et Adrian Newey pouvait ainsi construire une voiture bien plus mince, disons. Avec l'accord Renault trouvé avec Flavio Briatore venait aussi Mark Webber [dont le manager était Briatore, ndlr]. Il fallait qu'ils le prennent pour avoir les moteurs. Mon contrat arrivait à son terme, DC [David Coulthard, ndlr] en avait encore un, donc il n'y avait pas de place pour moi."

Christian Klien, Red Bull Racing

Bien sûr, il est légitime de rappeler que si Klien n'a marqué que 14 points en trois ans, ses coéquipiers Mark Webber (chez Jaguar) et David Coulthard (chez Red Bull) en ont inscrit un total de 39 dans le même laps de temps… En 2006, Klien n'avait que deux petites unités à son actif lorsqu'il a de toute façon été débarqué trois courses de la fin, devancé à la fois par Coulthard (14) et par Webber (six), ce dernier n'appréciant pas franchement l'expérience qu'il vivait chez Williams.

Dans son autobiographie, sans mentionner les manœuvres ayant peut-être mené à son transfert chez Red Bull, Webber a expliqué avoir été justement attiré par la présence d'Adrian Newey à Milton Keynes. Il s'agissait également d'éviter un nouveau choix de carrière dommageable : Flavio Briatore voulait le placer chez Renault en 2005, mais l'Australien avait préféré Williams, qui avait remporté le dernier Grand Prix de la saison 2004, et où il espérait marcher sur les traces de son compatriote Alan Jones, Champion du monde avec l'écurie de Sir Frank en 1980.

"Après la débâcle à Grove, je ne voulais pas contester Flavio à nouveau", a écrit Webber. "Il avait dit Renault, j'avais dit non, et [Fernando] Alonso s'était retrouvé avec deux titres mondiaux d'affilée ! Quand Flav a commencé à me pousser vers Red Bull Racing, je voyais le sens que ça avait, et le potentiel qu'ils avaient dans leurs rangs."

Klien a ensuite adopté un rôle d'essayeur chez Honda avant de trouver refuge en Endurance avec Peugeot, finissant troisième des 24 Heures du Mans en 2008. En plus de trois Grands Prix chez HRT en 2010, il a couru dans de nombreux championnats d'Endurance et de tourisme, et pilote actuellement une McLaren en International GT Open et en DTM.

Lire aussi :

partages
commentaires
L'équipage de la voiture médicale positif au COVID-19
Article précédent

L'équipage de la voiture médicale positif au COVID-19

Article suivant

Alonso : "Des règles différentes pour des pilotes différents"

Alonso : "Des règles différentes pour des pilotes différents"
Charger les commentaires