Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Kubica : Dire non à Ferrari n'a pas été facile

partages
commentaires
Kubica : Dire non à Ferrari n'a pas été facile
Par :
Co-auteur: Lucy Morson
5 janv. 2019 à 09:45

Robert Kubica reconnaît que refuser un rôle de pilote de développement chez Ferrari en 2019 n'a pas été chose aisée.

Après le départ des pilotes de réserve Antonio Giovinazzi et Daniil Kvyat vers Sauber et Toro Rosso, il a été rapporté que Robert Kubica et Ferrari étaient en discussion afin que le Polonais rejoigne la Scuderia pour travailler sur simulateur. Il a néanmoins opté pour une place de titulaire chez Williams, où il fera équipe cette année avec George Russell.

"Je savais ce que j'aurais aimé faire, mais parfois les choses sont un peu plus compliquées qu'elles n'y paraissent de l'extérieur", explique Kubica à Motorsport.com. "J'avais une opportunité, qui était, je crois, très intéressante, et il n'a pas été facile de dire non. Au final, je suis pilote de course, même si je n'ai pas couru depuis pas mal de temps, et c'est cette mentalité de [pilote de] course qui l'a emporté. Je suis heureux d'avoir pris cette décision, car c'est un gros défi."

Lire aussi :

Un "happy end"

Robert Kubica a confirmé il y a quelques mois une rumeur de longue date, faisant état d'un contrat lui garantissant de faire équipe avec Fernando Alonso chez Ferrari en 2012, avant l'accident de rallye qui a brutalement interrompu sa carrière en 2011. Après une éprouvante phase de guérison et de rééducation, son poste de titulaire chez Williams pour 2019 marquera son retour sur la grille de départ pour la première fois depuis le dernier Grand Prix de la saison 2010. Malgré cette longue absence, Kubica estime être prêt à faire son retour en tant que titulaire en F1 et ainsi entamer la seconde phase de sa carrière.

"Ça n'est pas facile de devenir pilote de F1. Ça n'est pas facile de convaincre les gens qu'on peut le faire et de s'établir dans un paddock F1", explique-t-il. "Il faut beaucoup de volonté pour le faire, parce que je suis passé par là il y a 12 ans et, au final, je me suis dit que je pensais avoir l'énergie pour le refaire."

"Ce challenge ne m'inquiète ni ne m'effraie pas, et je pense que je peux faire en sorte que ça fonctionne. J'ai une très belle opportunité et c'est un 'happy end' après le long chemin que j'ai suivi."

Lire aussi :

Le rôle de Kubica chez Ferrari aurait été similaire au poste de pilote d'essais et de réserve qu'il a tenu chez Williams, mais avec cependant moins d'opportunités de prendre la piste. Son choix étant désormais fait, il admet que passer d'une implication dans le développement à un rôle de titulaire pour cette année lui demande de changer d'état d'esprit.

"Quand je pilote [en tant que pilote d'essais], je dois garder à l'esprit qu'il faut que je fournisse des informations et un feedback de qualité, et que je suis en mesure d'afficher un bon rythme sans prendre de risques. Je dois changer un peu cette approche, parce que je dois désormais travailler plus pour une équipe, comme je le faisais déjà, mais aussi pour moi. Il faut que je me concentre sur différentes choses qui pourraient être utiles quand je cours. C'est une approche un peu différente."

Article suivant
Les gains moteur de Renault "bien plus grands" que jamais auparavant

Article précédent

Les gains moteur de Renault "bien plus grands" que jamais auparavant

Article suivant

Tost "stupéfait" par l'opacité de la relation McLaren-Honda

Tost "stupéfait" par l'opacité de la relation McLaren-Honda
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Équipes Ferrari Races Boutique
Auteur Scott Mitchell