Kvyat - Je ne changerai pas d'approche chez Red Bull

partages
commentaires
Kvyat - Je ne changerai pas d'approche chez Red Bull
27 oct. 2014 à 09:30

Au jeu des chaises musicales déclenché par le départ de Sebastian Vettel, Daniil Kvyat est pour le moment le grand gagnant

Au jeu des chaises musicales déclenché par le départ de Sebastian Vettel, Daniil Kvyat est pour le moment le grand gagnant. Promu chez Red Bull Racing pour y remplacer le quadruple Champion du Monde allemand en 2015, le jeune russe aura franchi les étapes en un temps record, alors qu'il boucle sa première saison en F1 chez Toro Rosso.

Convaincant au sein de l'écurie italienne, où il a fait face à l'expérience de Jean-Eric Vergne avec brio, Kvyat devra démontrer dans quelques mois qu'il peut s'adapter à un top team. Pour y parvenir, il compte avant tout sur le fait de rester lui-même dans son approche de la discipline.

"Honnêtement, mon approche depuis que je suis arrivé en Formule 1 n'a pas beaucoup changé par rapport au GP3 ou à la Formule 3", a-t-il confié à Autosport. "C'est prouvé qu'elle est efficace, et elle n'a pas à être trop modifiée. Red Bull m'a choisi car ils aiment mon approche actuelle, donc je ne prévois pas de changer quelque chose, car c'est probablement ce pourquoi ils ont décidé de me prendre."

Chez Red Bull, Kvyat fera équipe avec un Daniel Ricciardo qui a surpris cette saison en dominant Vettel, allant chercher au passage pas moins de trois victoires. Pour l'Australien, la promotion de Kvyat à ses côtés est également le fait de sa propre réussite. Ce qui a fonctionné avec lui s'applique désormais à son successeur chez Toro Rosso et futur coéquipier chez RBR.

"J'imagine que Red Bull a pris un certain risque en me faisant signer", reconnait Ricciardo. "Je crois que ça a fonctionné. Avec Seb qui s'en va, ils avaient à peu près la même opportunité [avec Kvyat]."

"Daniil est un peu moins expérimenté, mais je suppose qu'ils croient autant en lui qu'ils ont cru en moi. C'est son heure pour essayer maintenant, et le temps pour moi de lui rendre la vie difficile ! Mais nous nous entendons bien. Je n'ai pas d'inquiétude quant à son arrivée l'année prochaine."

Prochain article Formule 1
Les Poulidor de la Formule 1 : Michele Alboreto

Previous article

Les Poulidor de la Formule 1 : Michele Alboreto

Next article

Symonds - Chez Renault, Alonso n'était pas un homme d'équipe

Symonds - Chez Renault, Alonso n'était pas un homme d'équipe
Charger les commentaires