Kvyat perplexe et énervé par l'accrochage avec Giovinazzi

partages
commentaires
Kvyat perplexe et énervé par l'accrochage avec Giovinazzi
Par :
2 avr. 2019 à 12:37

Daniil Kvyat déplore son accrochage avec Antonio Giovinazzi au début du Grand Prix de Bahreïn, qu'il juge parfaitement évitable.

Daniil Kvyat et Antonio Giovinazzi occupaient les septième et huitième places à la faveur de plusieurs arrêts au stand au 12e tour de la course à Sakhir lorsqu'ils se sont accrochés dans une mésentente au virage 11, alors que Kvyat ouvrait la porte à son rival pour éviter de perdre trop de temps. Giovinazzi a pu continuer, mais le Russe est parti en tête-à-queue.

Lire aussi:

"Je ne me battais pas contre lui, à vrai dire, mais il est quand même parvenu à percuter l'arrière de ma voiture, donc..." déplore Kvyat. "Je n'ai même pas fermé la porte, car j'étais en difficulté avec les pneus à ce moment-là ; il était plus rapide, donc j'ai laissé la porte ouverte, mais on dirait qu'il ne voulait pas me dépasser, qu'il voulait me rentrer dedans par l'arrière. Je ne sais pas comment il a fait ça. Demandez-lui éventuellement, je suis très curieux !"

Lando Norris, McLaren MCL34, devant Alexander Albon, Toro Rosso STR14, et Daniil Kvyat, Toro Rosso STR14

Derrière Norris et Albon, Kvyat devance Giovinazzi avant l'instant fatidique

Or, lorsque la question a été posée à Giovinazzi et sa réponse était tout autre : "J'étais à l'intérieur, je pense qu'il ne m'a pas vu, il a tourné dans ma direction et est parti en tête-à-queue." Kvyat ne l'aurait pas vu ? Que nenni, rétorque le pilote Toro Rosso ! "Je l'ai vu, je lui ai même laissé la porte ouverte", insiste l'intéressé. "J'ai freiné tôt, il a freiné encore plus tôt, donc je me suis demandé où il était et j'ai continué sur ma trajectoire en lui laissant la largeur d'une voiture... mais ça ne lui a pas suffi, peut-être qu'il a besoin de davantage."

"Au final, c'est un incident de course, c'est juste une grosse incompréhension. C'est vraiment dommage, car je ne voulais pas qu'il me fasse perdre de temps, je savais qu'il était plus rapide. C'est une leçon pour nous deux."

Immédiatement retourné dans la pitlane, Kvyat a laissé filer une quinzaine de secondes, son 1'56"914 pouvant être comparé à son deuxième tour de rentrée au stand en 1'41"810. Sans oublier une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse lors de cet arrêt : ce sont au total une vingtaine de secondes de perdues dans l'incident.

Or, Kvyat était à 16 secondes de son coéquipier Alexander Albon (classé neuvième sous le drapeau à damier) au moment de l'intervention du Safety Car, en fin de course. C'est finalement au 12e rang qu'il a franchi la ligne d'arrivée.

Propos recueillis par Oleg Karpov

 
Article suivant
Charles Leclerc est-il le futur leader de Ferrari ?

Article précédent

Charles Leclerc est-il le futur leader de Ferrari ?

Article suivant

Pirelli dévoile les choix de pneus pour le GP de Chine

Pirelli dévoile les choix de pneus pour le GP de Chine
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu