L'intérim Lotus a coûté ses chances à Kovalainen

Au mois de septembre, Heikki Kovalainen semblait encore bien placé pour faire son retour en tant que titulaire chez Caterham en 2014

Au mois de septembre, Heikki Kovalainen semblait encore bien placé pour faire son retour en tant que titulaire chez Caterham en 2014.

Certes, en 2013, le Finlandais avait été sacrifié sur l'autel des intérêts financiers de l'équipe. Tony Fernandes, président du groupe Caterham, avait néanmoins déclaré que Kovalainen avait “de grandes chances” de faire son retour dès l'année suivante, conscient du besoin d'expérience de son équipe.

Puis, au mois de novembre, Kimi Räikkönen a annoncé son opération du dos, et Kovalainen l'a remplacé au pied levé. Convainquant à Austin, il s'était qualifié en Q3 à une demi-seconde de Grosjean, et se battait pour la 9e place lorsqu'il a connu un souci technique. Décevant au Brésil, il avait raté la Q3 de peu, puis avait complètement manqué son départ et n'était pas parvenu à remonter dans les points.

Le bilan de son intérim est négatif puisqu'il n'est pas parvenu à marquer de points, alors que c'était précisément ce pour quoi Lotus l'avait préféré au pilote essayeur Davide Valsecchi. Or, il se trouve que cela a joué un rôle dans le choix de Caterham, lorsque Kovalainen s'est retrouvé en concurrence avec Kamui Kobayashi pour le premier baquet de l'équipe.

Il est clair que nous mentirions si nous disions que cela n'avait pas joué un rôle”, admet Tony Fernandes. “C'est un tout, il y a beaucoup de choses, mais dans toute décision, il y a le pour et le contre. Je suis égalitaire, j'ai consulté divers membres de l'équipe ; il y avait les pro-Heikki et les pro-Kamui, et j'ai dû faire un choix”.

Il faut dire que le refus de Kovalainen de payer pour son baquet a également dû jouer un rôle, cette attitude étant plutôt mal vue par le team principal Cyril Abiteboul, tandis que Kamui Kobayashi a réuni un million d'euros de dons provenant de ses fans. D'où une décision qui, forcément, n'a pas été facile à prendre pour un Fernandes qui a toujours été très proche de Kovalainen.

Il nous faut passer à autre chose, nous devons être un petit peu froids, si nous voulons connaître le succès”, conclut l'homme d'affaires malaisien.

À l'heure actuelle, celui qui fut le fer de lance de Lotus/Caterham de 2010 à 2012 n'a toujours donné aucune indication sur ses possibles projets pour 2014 ; son seul objectif était de rester chez les verts. Le site DTM-Live mentionnait il y a deux semaines la rumeur d'un possible test en DTM qui n'a pas eu lieu pour l'instant. Kovalainen pourrait également se tourner vers le rallye qui est, de son propre aveu, la seule discipline automobile qui l'intéresse en-dehors de la Formule 1.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Heikki Kovalainen , Kamui Kobayashi , Davide Valsecchi
Type d'article Actualités