La Belgique remet-elle en question l'alternance ?

La question d'une alternance entre Spa-Francorchamps et le Paul Ricard commence à secouer les milieux politiques en Belgique

La question d'une alternance entre Spa-Francorchamps et le Paul Ricard commence à secouer les milieux politiques en Belgique.

Ces derniers jours, la presse française a rapporté que le projet de l'alternance était bouclé et qu'il ne manquait plus que le feu vert du Premier ministre français François Fillon.

Une alternance qui se fera peut-être sans... la Belgique ! Certains politiciens belges sont en faveur du maintien de Spa-Francorchamps de façon annuelle au calendrier de Formule 1.

Interrogé en commission du parlement wallon, Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon de l'économie, a indiqué que le document signé avec les Français n'était "pas engageant". La Belgique est donc en droit de refuser l'alternance, et le ministre Marcourt entend clarifier la situation avec la France dans les plus brefs délais.

"Nous avions dit que, pour le 31 décembre 2011, il fallait savoir comment nous avancions avec la France. Au 1er janvier, nous n'avions pas ces éléments. Aujourd'hui, les Français semblent vouloir rattraper leur retard," a expliqué le ministre.

"Dans quatre ou cinq semaines, nous devons clarifier tous les éléments. Je ne veux pas que les choses traînent et qu'on arrive à l'échéance du contrat sans savoir où l'on va. Nous attendons la réponse de la France."

Le contrat du Grand Prix de Belgique avec la Formula One Management de Bernie Ecclestone expire cette année.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone , Francois Fillon
Type d'article Actualités