La F1 au Mexique : finales à suspense et public exubérant (1/2)

Le calendrier de la saison 2015 de Formule 1 a été rendu public cette semaine

Le calendrier de la saison 2015 de Formule 1 a été rendu public cette semaine. Si le retour de la Corée du Sud est encore sujet à caution, le Grand Prix du Mexique sera bien de la fête l'an prochain. L'autodrome Hermanos Rodriguez (en hommage aux frères mexicains décédés en course en 1962 et 1971) se verra cependant modifié afin de mieux correspondre aux standards actuels, au grand dam des puristes.

Il faut dire que la Formule 1 a déjà visité ce tracé à 15 reprises lors de deux périodes distinctes : de 1963 à 1970 et de 1986 à 1992. S'il n'a pas obtenu la même aura que Spa-Francorchamps ou Silverstone par exemple, il restait un circuit intéressant au niveau du pilotage : un mélange de secteurs rapides et sinueux avec en point d'orgue le virage relevé de "Peralta". Le tout à plus de 2000 mètres d'altitude, d'où une atmosphère mettant les organismes et les mécaniques à rude épreuve.

Son principal attrait au cours de sa première intrusion en Formule 1 était de clôturer la saison. Ainsi, Mexico fut le théâtre de finales à suspens comme en 1964 où le titre se jouait entre Graham Hill, Jim Clark et John Surtees. Le premier fut relégué en queue de peloton après un accrochage avec l'équipier de Surtees, Lorenzo Bandini tandis que le second vit sa mécanique le lâcher à quelques kilomètres de l'arrivée après avoir dominé l'épreuve. Il fallut que Bandini laisse passer in extremis son équipier pour que celui-ci décrocha la timbale. Cela grâce à la règle des meilleurs résultats puisque sans cela, le Champion du Monde aurait été Hill...

Heureusement, ce facteur n'eut aucune influence sur les autres issues de championnat. Clark domina suffisamment en 1965 pour s'assurer du titre avant de faire escale au Mexique. Idem pour Jack Brabham en 1966 (avec sa propre monoplace, fait unique) et Jackie Stewart en 1969. Ce qui n'empêcha pas le Grand Prix de surprendre son public avec respectivement la première victoire de Richie Ginther et de Honda, le triomphe de John Surtees sur une Cooper propulsée par un moteur Maserati obsolète et le succès de Denny Hulme sur McLaren après un an d'abstinence.

En revanche, le championnat se décida à nouveau au Mexique en 1967 et 1968. Le premier se joua entre deux pilotes Brabham, à savoir son fondateur et son poulain : Jack Brabham et Denny Hulme. C'est le néo-zélandais qui l'emporta en finissant troisième, derrière Brabham et un Clark intouchable sur une Lotus-Ford mais ayant subi trop de casses en cours de saison pour pouvoir s'octroyer une troisième couronne mondiale. Un an plus tard, la mort l'avait fauché en pleine gloire et c'est son équipier Graham Hill qui apporta du baume au cœur de Lotus avec son second titre, ce malgré les efforts de Jackie Stewart.

Deux ans plus tard, c'est Jacky Ickx qui conclut sa saison sur une bonne note. On ne peut en dire autant de la saison : outre les décès de Bruce McLaren, Piers Courage et Jochen Rindt, champion à titre posthume, le Grand Prix du Mexique vit son public s'inviter sur les bas-côtés de la piste, jusqu'à la traverser à de nombreuses reprises ! Jackie Stewart heurta même un chien errant... A l'heure où les pilotes prenaient de plus en plus au sérieux leur sécurité, le circuit paya le prix de ses débordements et fut mis au ban de la Formule 1 pendant 15 ans...

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jackie Stewart , Jim Clark , Denny Hulme , Bruce McLaren , Jacky Ickx , Jack Brabham , John Surtees , Graham Hill , Jochen Rindt
Équipes McLaren
Type d'article Actualités