La F1 éthiquement pas en phase avec la vision Virgin

G.N., Monaco – Alex Tai, Directeur d'Equipe Virgin Formula E, explique pourquoi la marque ne voit finalement pas d'application à ses activités commerciales au sommet de la pyramide du sport auto "pétrole" qu'est la F1.

Virgin a obtenu un ticket d'entrée en F1 lors de la saison 2009, sur l'impulsion de Max Mosley, déterminé à faire entrer en jeu de nouveaux acteurs avec un budget limité. Après avoir vainement tenté de pénétrer dans l'univers du paddock F1 et fait rouler des pilotes comme Timo Glock et Jérôme d'Ambrosio, Virgin a renoncé et a laissé Manor/Marussia exploiter l'équipe de Banbury.

"Il est difficile pour nous de lier nos ambitions environnementales d'un point de vue corporate à la F1", explique Tai, qui répond à un cahier des charges particulièrement avant-gardiste chez Virgin en termes d'écoresponsabilité.

"Nous avons tenté d'introduire le design par CFD [Virgin a développé une F1 uniquement avec l'aide d'étude des fluides par ordinateurs, sans soufflerie, ndlr], mais c'était trop tôt pour ça. Nous avons jeté à œil à de nouveaux carburants, et avons tenté d'entrer dans le jeu sous une certaine limite de budget", poursuit-il au micro de Motorsport.com.

La F1 n'a pas marché pour nous, mais actuellement ça fonctionne en Formule E

Virgin Racing

Alors que Lucas di Grassi a été le premier pilote à se voir renouvelé pour la saison prochaine chez Audi ABT, d'autres annonces sont attendues dans les prochaines semaines. Chez Venturi, qui aligne cette année Nick Heidfeld et Stéphane Sarrazin, une annonce est attendue d'ici environ 15 jours. Chez Virgin, Motorsport.com comprend que le line-up demeurera inchangé, avec Jaime Alguersuari et Sam Bird au volant.

"On en discute actuellement pour la saison 2, et ils ont tous deux de grandes aptitudes", conclut Tai.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Virgin Racing
Type d'article Actualités
Tags f1, implication, virgin racing