La fermeté de Pirelli face aux équipes régulièrement à l'épreuve

Cette semaine, le président de Pirelli s’est exprimé en personne pour évoquer son agacement face aux critiques dont le manufacturier italien fait l’objet

Cette semaine, le président de Pirelli s’est exprimé en personne pour évoquer son agacement face aux critiques dont le manufacturier italien fait l’objet. Après la polémique sur la dégradation trop prononcée la saison dernière, c’est désormais l’approche trop conservatrice de la firme de Milan qui ne plait pas à tout le monde. Certains pilotes comme Fernando Alonso et Romain Grosjean s’en sont plaints ouvertement la semaine dernière à Monaco.

L’attitude de Pirelli est désormais très ferme

. Le manufacturier unique de la Formule 1 respecte le cahier des charges qui lui a été transmis, et fait également de la sécurité le point prioritaire. Pour ne pas renouveler la bien mauvaise expérience de Silverstone 2013 notamment.

Ce Grand Prix de Grande-Bretagne avait été le déclencheur d’un changement de la structure des pneus 2013 il y a un an, non sans plusieurs semaines de négociations. Certaines équipes comme Lotus et Force India savaient qu’elles avaient gros à y perdre alors qu’elles maitrisaient parfaitement les gommes italiennes. A l’époque, l’ancien team principal de McLaren, Martin Whitmarsh, estimait que les équipes avaient trop d’influence sur Pirelli.

« Quand vous faites des erreurs, et nous en avons fait nous-mêmes, il y a toujours une certaine réticence à l’admettre », expliquait Whitmarsh. « Il y a toujours une crainte de ce que les médias vont en faire. Mais il était clair pour tout le monde qu’il y avait des problèmes avec les pneus. Il y avait une réticence à l’admettre, et les équipes feront toujours du lobbying pour leurs propres intérêts compétitifs. »

« Je l’ai dit à Pirelli : ’Vous ne pouvez pas écouter les équipes. Vous êtes les experts du pneu, vous avez la responsabilité de nous donner des pneus qui sont sans danger. Vous devez faire le bon choix’. »

Aujourd’hui, la pression sur Pirelli n’est en aucun cas comparable avec celle de la saison passée. Les critiques sont moins unanimes et surtout, elles n’ont pas trait à la sécurité des pneumatiques mais à leurs performances. Dans cette situation, il est plus simple pour le manufacturier de tenir une position ferme, en rappelant par ailleurs avec malice que seules les équipes en difficulté se plaignent.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Romain Grosjean , Martin Whitmarsh
Équipes McLaren , Force India
Type d'article Actualités