La FIA prête à imposer des directives pour l'exploitation des pneus

La FIA s’apprête à imposer des directives à la demande de Pirelli à partir du Grand Prix d’Italie, afin qu’aucun risque ne soit pris à Monza. 

Des investigations sont en cours entre Ferrari et Pirelli pour comprendre les raisons de la défaillance pneumatique de Sebastian Vettel lors de l’avant-dernier tour du Grand Prix de Belgique. La FIA est en discussions avec l’équipe et le manufacturier pour aider à trouver une réponse et tirer les bonnes leçons de l’incident. 

Alors que les pilotes de F1 ont demandé à ce que des mesures soient prises face à des défaillances qu’ils jugent "inacceptables", l’instance dirigeante du sport automobile a indiqué qu’elle allait imposer des limites d’exploitation des pneus si cela s’avère nécessaire. 

Un porte-parole de la FIA a précisé : "Nous travaillons étroitement avec Pirelli et Ferrari pour nous assurer que nous pouvons tirer les leçons, et changer ce qui peut l’être. Si des directives sont suggérées, nous les imposerons."

Vers un kilométrage limité?

La FIA contrôle déjà le carrossage, à l’arrêt comme à haute vitesse, ainsi que les pressions pneumatiques. Comme révélé par Motorsport.com, une utilisation plus rigoureuse des couvertures chauffantes avec des températures limites a été imposée à Spa, alors que certaines équipes étaient suspectées de trop chauffer leurs pneus. 

Tandis que Pirelli suspecte la défaillance pneumatique de Vettel d’être liée à la longueur de son relais, il est possible que le manufacturier demande l’instauration d’une distance maximum au nom de la sécurité. La question pourrait être discutée rapidement entre les équipes. Dans un communiqué publié après le Grand Prix de Belgique, Pirelli a indiqué que cette suggestion avait été rejetée en 2013. 

La théorie d’une compression

Ferrari et Pirelli doivent encore publier un communiqué officiel précisant exactement ce qui est arrivé avec le pneu de Vettel. Pirelli a seulement évoqué un problème d’usure jusqu’à présent, mais plusieurs sources indiquent qu’il n’y a pas de preuve d’une dégradation excessive des trois autres pneus. Cependant, une enquête auprès des autres équipes, menée par Pirelli, souligne également une usure prononcée de certaines gommes. 

D’éventuels débris ont aussi été mis en avant comme une possible explication, mais l’absence de perte de pression sur le pneu de Vettel avant la défaillance laisse penser que ce n’est pas le cas. 

Une théorie désormais étudiée est qu’il pourrait y avoir eu une combinaison de facteurs causée par les forces importantes exercées sur les pneumatiques à Spa, avec des virages à haute vitesse et la compression dans le Raidillon de l’Eau Rouge, qui s’ajoutent à de longues lignes droites. 

Les défaillances auraient même pu être provoquées par l’apparition d’une compression du pneumatique, qui a peut-être contribué aux problèmes rencontrés. Des photographies des voitures dans le Raidillon durant le week-end ont montré les forces élevées appliquées sur les pneumatiques. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Circuit Monza
Type d'article Actualités
Tags fia, pirelli, pneus, sécurité