La légendaire Parabolica de Monza

L’Autodromo Nationale di Monza est l’un des grands classiques du Championnat du Monde de F1

L’Autodromo Nationale di Monza est l’un des grands classiques du Championnat du Monde de F1. Son archaïsme et ses terrifiantes lignes droites en font le tracé le plus rapide de la saison ; l’un des plus animés également en raison de la ferveur des tifosi pour sa chère Scuderia Ferrari.

Pourtant, en dépit des vitesses de passage incroyables, Monza est souvent associé en premier lieu à une célèbre courbe à 180° : la fameuse Parabolica.
Quiconque ayant eu la chance de se placer au freinage de cette courbe lançant les pilotes vers la ligne de départ/arrivée se rend compte de la puissance criante des F1 contemporaines et de la sollicitation que font les pilotes sur les freins.

L’une des particularités de la Parabolica est son radius croissant, rendant la sortie de ce long droit très complexe en vue de la ré accélération vers la ligne droite des stands. Il convient de négocier la Parabolica avec une précision extrême, sous peine de finir à l’extérieur en sortie et d’y laisser l’adhérence des pneus dans le sable, ou de devoir lever le pied en milieu de courbe.

L’une des manœuvres contemporaines les plus spectaculaires à Monza fut sans doute l’extérieur de Sebastian Vettel sur Fernando Alonso dans la Curva Grande, en 2011 ; une courbe étroite et négociée pied au plancher.

Mais la Parabolique reste un grand moment de bravoure. Accidenté de façon très spectaculaire avec sa Lotus en 1990 dans cette courbe, Derek Warwick s’en sortit de façon miraculeuse. Mais tous le connurent pas le même destin : Jochen Rindt y perdit la vie 20 ans plus tôt, également à bord d’une Lotus, lors des essais. L’Autrichien remporta le titre mondial à titre posthume.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Derek Warwick , Sebastian Vettel , Jochen Rindt
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités