La performance, ça s'en va et ça revient

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Sept jours après la première épreuve de la saison, le Grand Prix de Malaisie a accouché d'une course très différente de celle que l'on a pu voir en Australie.

Et ce n'est pas Kimi Räikkönen qui dira le contraire. Contraint à l'abandon à Melbourne, le finlandais a parfaitement redressé la barre en s'imposant ce dimanche lors d'une course où il a paru intouchable. Sans forcer son talent, le pilote Ferrari est resté collé aux basques de Massa, avant de se montrer impérial dans les deux tours qui ont précédé son premier ravitaillement. A l'arrivée, Räikkönen gagne le Grand Prix haut la main et se replace dans la course au championnat du monde.

L'autre bonne surprise de ce week-end vient de Jarno Trulli et de sa Toyota. Toujours à l'aise en qualifications, l'italien a pu confirmer en course en terminant au pied du podium, offrant ainsi à son écurie son meilleur résultat depuis le Grand Prix de France de 2006.

Parallèlement à cela, d'autres pilotes et écuries préféreront rapidement oublier le résultat de cette épreuve. Parmi eux, on peut citer Sébastien Bourdais qui a vécu un week-end noir. Le français a rencontré des problèmes avec sa monoplace dans toutes les séances d'essais, puis sa course a pris fin prématurément en raison d'une sortie de piste dès le premier tour.

Mais Bourdais n'est pas le seul grand perdant, Williams a également souffert à Sepang. Une semaine après le podium de Nico Rosberg, Williams est complètement passé à côté de son sujet. L'équipe de Grove n'a jamais trouvé son rythme et le tracé de Sepang ne semblait pas du tout convenir à la FW30. Mais on peut compter sur les hommes de Sir Frank Williams pour reprendre du poil de la bête dès Bahreïn.

Et que dire de Felipe Massa ? Le brésilien s'est montré brillant durant la séance qualificative, malheureusement il n'a pas su concrétiser le lendemain. Après avoir tassé Räikkönen au départ (sinon à quoi ça lui aurait servi d'avoir Michael Schumacher comme professeur ?), le pauliste a commis une faute rédhibitoire en voulant rattraper son coéquipier, laissant ainsi filer le doublé qui tendait les bras aux Rouges.Ses manoeuvres et son comportement prouvent que Massa a conscience qu'il ne doit pas laisser le champion du monde en titre prendre l'ascendant sur lui, mais de telles erreurs risquent de jouer davantage sur son moral. et de relancer les rumeurs annonçant l'arrivée de Fernando Alonso chez Ferrari. Le brésilien sera probablement sous pression dans deux semaines à Manama, Grand Prix qu'il a remporté en 2007.

Dans le clan des favoris, McLaren ne peut se réjouir qu'à moitié de son week-end. Même si Heikki Kovalainen monte sur le podium et que Lewis Hamilton conserve la tête du championnat, l'écurie de Woking regrettera longtemps la boulette de ses pilotes. Le finlandais et le britannique sont restés sur la trajectoire alors que deux pilotes effectuaient leur tour chronométré, ce qui a ruiné leur chance de réaliser un bon chrono. Par conséquent, les commissaires ont infligé cinq places de pénalité sur la grille à Kovalainen et Hamilton, qui ont vu par la même occasion leurs espoirs de victoire s'envoler. Cet incident aura sans doute le mérite de faire réagir la FIA puisque le paddock réclame déjà une adaptation du règlement afin d'éviter ces cas de figure.

Avec un week-end sans abandon multiple, on a aussi pu voir le véritable niveau de Renault, et cette fois ce sont les limites de la R28 qui ont été mises en avant. L'écurie au Losange annonce déjà des évolutions aérodynamiques pour l'Europe, mais il ne faut pas se leurrer, ce n'est pas dans les prochaines semaines que Renault reviendra au sommet de la hiérarchie. A moins de récupérer les plans de la F2008 ou de la MP4-23.

Voire même de la F1.08 car BMW fait preuve de constance en ce début de saison, comme en atteste la seconde place obtenue par Robert Kubica. Bien que le polonais n'ait pas pu rivaliser avec Ferrari, on ne peut pas dire non plus qu'il ait été inquiété par ses poursuivants. Puis comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, Nick Heidfeld est reparti de Malaisie avec le meilleur tour en course, le premier de sa carrière en F1. L'allemand ambitionne désormais de décrocher sa première victoire et comme l'on dit, tout vient à point à qui sait attendre.

Terminons en évoquant le cas Rubens Barrichello. Une semaine après nous avoir dit que les feux dans les stands n'étaient pas assez visibles, le brésilien explique son excès de vitesse par ... le manque de visibilité du marquage au sol des lignes blanches. Ce problème de vue est quand même un comble étant donné que Honda est sponsorisé par ... RayBan. Puis, s'il y a bien une chose qui ne change pas en F1 c'est la signalisation. Alors soit le brésilien a freiné au hasard pendant 252 Grands Prix, priant pour ne pas franchir la ligne fatidique, soit l'âge commence à lui jouer des tours.

Dans ce cas Honda devrait établir un partenariat avec Optic 2000 sinon dans deux semaines, à Bahreïn, Barrichello risque de nous sortir une nouvelle perle du genre : "Mon abandon est décevant, mais en même temps il faut reconnaître que les bacs à graviers ne sont pas très visibles".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jarno Trulli , Michael Schumacher , Rubens Barrichello , Nick Heidfeld , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Sébastien Bourdais , Nico Rosberg , Heikki Kovalainen , Robert Kubica , Frank Williams
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités