La télémétrie confirme les progrès du moteur Renault

Les espoirs de Renault et Red Bull de disposer d’un véritable gain de performance ont été renforcés par les données moteur qui ont confirmé que la version évoluée était au niveau attendu lors des essais de Barcelone. 

La télémétrie confirme les progrès du moteur Renault
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team et Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Felipe Nasr, Sauber C35 et Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16 et son équipier Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16 en lutte pour une position
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16

Renault avait travaillé d’arrache-pied pour que son unité de puissance révisée soit prête pour les deux équipes cette semaine, dans le but de réaliser une deuxième partie de saison de qualité. 

Tous les pilotes qui l’ont essayée ont été impressionnés, avec le sentiment de disposer de puissance supplémentaire, ainsi que d’une maniabilité améliorée. Mais tous savaient aussi que la vérité ne serait connue que grâce aux chiffres de la télémétrie. 

Bob Bell, directeur technique de Renault, a confirmé que les progrès ont été vérifiés avec les données et que les signes étaient encourageants pour que la performance soit au rendez-vous en course. 

"Les moteurs sont tous équipés d’instruments [de mesure], alors nous savons ce que nous recherchons et nous pouvons confirmer tout ça avec les données", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Le moteur semble délivrer ce qu’il promettait au banc d’essai, et nous aurions été surpris si ça n’avait pas été le cas. Tous les signes indiquent que l’évolution moteur apporte ce que nous pensions."

Progrès significatif

Des sources ont précédemment laissé entendre que le nouveau moteur pourrait permettre de gagner quatre dixièmes au tour sur un circuit typique comme Barcelone, ce qui aurait alors permis à Red Bull de se retrouver en confrontation directe avec Mercedes le week-end dernier. 

Interrogé sur cette estimation, Bob Bell répond : "Oui, je crois que nous espérons voir une amélioration de plusieurs dixièmes. Honnêtement, il n’y a pas vraiment de gain si ce n’est pas autant que ça."

Une décision pour Monaco

Ce nouveau moteur devait initialement faire son apparition lors du Grand Prix du Canada, mais l’échelle de progression a incité à envisager une mise en service pour Monaco. Sur ce point, la décision finale n’a pas encore été prise, et Bell a reconnu qu’il y avait certaines complications pour que tout soit prêt à temps. 

"C’est plutôt la question d’être certain d’avoir le moteur prêt à courir", a-t-il expliqué. "Ce n’est pas seulement le fait de le mettre en route. Tout doit être cartographié correctement et cela doit se faire avec toutes les circonstances opérationnelles, car avec ces V6, il y a beaucoup de conditions dont il faut s’assurer pour que le moteur soit correctement cartographié."

"Monaco a des caractéristiques particulièrement inhabituelles : des régimes assez bas, et il faut s’assurer que le moteur est bon pour ça. Il s’agit juste de nous assurer que le moteur est exactement comme nous voulons qu’il soit."

Les leçons de 2015

Bell ajoute que ce qui est arrivé en 2015, lorsque Renault a été critiqué pour le manque de performance de sa dernière évolution moteur, a incité le constructeur français à la prudence.

"Il y avait beaucoup d’agitation en fin d’année dernière, quand Renault a introduit la spécification finale de son moteur 2015", rappelle-t-il. "Il y avait des critiques sur le fait qu’elle n’apportait pas ce qui était prévu, et nous voulons être absolument sûrs cette année - pour l’équipe d’usine mais c’est aussi vrai pour Red Bull - que lorsque nous disons que nous fournissons un moteur qui va apporter ceci, il le fera."

"Nous préférerions prendre un peu plus de temps et être absolument sûrs. Il s’agit d’avoir suffisamment d’heures dans la journée pour faire tout ce travail. Il n’y a rien d’autre, pas d’autre raison. Mais nous sommes optimistes pour qu’après ces essais le moteur soit validé, et nous serons alors en mesure de l’introduire dès que nous sentons que c’est le moment approprié."

partages
commentaires
Barnicoat - McLaren m'a évincé sans "aucune explication"

Article précédent

Barnicoat - McLaren m'a évincé sans "aucune explication"

Article suivant

Le bilan chiffré des essais de Barcelone

Le bilan chiffré des essais de Barcelone
Charger les commentaires