Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
108 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
115 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
164 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
178 jours

Norris : À Barcelone, tous les autres peinaient physiquement

partages
commentaires
Norris : À Barcelone, tous les autres peinaient physiquement
Par :
18 mars 2020 à 12:10

Lors des essais hivernaux de Barcelone, Lando Norris s'est déclaré satisfait de sa forme physique, notamment par rapport aux autres pilotes.

Les Formule 1 de 2020 font partie des plus rapides de l'Histoire, ce qui n'est pas sans représenter un challenge physique pour les pilotes. Les vitesses de passage en courbe sont plus élevées que jamais alors que les écuries trouvent davantage d'appui aérodynamique et d'adhérence, ce qui représente des forces g toujours plus dures à supporter pour les pilotes.

Lire aussi :

C'est particulièrement le cas au niveau du cou : alourdie par le casque, la tête du pilote est la seule partie du corps qui n'est pas fermement harnachée, et lorsque son poids est quintuplé dans les courbes, il peut être difficile de la maintenir parfaitement droite.

"Quand on met des pneus neufs avec peu de carburant, la vitesse augmente dans les virages, et on le sent d'emblée physiquement : on va 5 km/h, voire 10 km/h plus vite dans les virages. Surtout ici, dans les virages 3, 1, 4, les virages moyens et rapides", détaille Lando Norris dans le podcast Beyond The Grid, enregistré lors de la deuxième semaine des tests catalans. "J'imagine que physiquement, il faut être plus fort pour piloter une Mercedes qu'une autre voiture, vu qu'elle va encore plus vite ! Nous avons fait un pas en avant dans ces virages moyens et rapides, donc physiquement, c'est plus dur."

Lando Norris, McLaren MCL35

Pour couronner le tout, dès les huit premières heures d'essais, les dix monoplaces du plateau ont fait preuve d'une fiabilité à toute épreuve, chacune parcourant plus de 100 tours – scénario qui s'est répété le lendemain à l'exception de Renault (93). Norris, lui, a lancé sa saison par une journée à 137 tours, et ne cache pas que cela a été difficile.

"Le premier jour, j'ai eu du mal, comme tout le monde sur la grille – même ceux qui sont là depuis dix ans et savent à quoi s'attendre", souligne l'Anglais. "Vettel, Lewis [Hamilton], Max [Verstappen], Ricciardo... tous autant qu'ils sont, après la pause déjeuner, ils tutoient pas mal l'appuie-tête ! Pareil pour moi, à vrai dire. Mais cette semaine, ça va beaucoup mieux."

Lire aussi :

Norris est en effet satisfait de sa progression physique sur l'ensemble des essais, commentant sur son programme de la seconde semaine : "J'ai fait mon relais de course, j'ai fait tous mes runs de qualifications, et ça allait, je n'ai pas touché l'appuie-tête une seule fois. J'en suis plutôt fier ! Je ne suis pas le plus musclé ni le plus fort, je le sais. On voit tous les autres pilotes, qui disent qu'ils vont à la salle de sport tous les jours, qu'ils sont dans leur meilleure forme physique : ils appuient leur tête dans chaque virage."

Related video

Article suivant
Renault explique sa perte de temps après les essais hivernaux 2019

Article précédent

Renault explique sa perte de temps après les essais hivernaux 2019

Article suivant

Comment Mercedes a intégré le DAS à la direction de sa W11

Comment Mercedes a intégré le DAS à la direction de sa W11
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lando Norris
Équipes McLaren Boutique
Auteur Benjamin Vinel