Lauda et Berger approuvent Räikkönen sur la F1 actuelle

Le week-end du Grand Prix du Canada, Kimi Raikkonen s'était prononcé en faveur d'une Formule 1 “un peu plus dangereuse.”

“Le danger fait partie du jeu,” avait affirmé le Finlandais, interrogé par Jean Alesi pour Canal+. “On ne souhaite pas que quiconque soit blessé, mais cela rend les choses plus excitantes.”

Le champion du monde 2007 a reçu un premier soutien de poids sur ce sujet en la personne de Niki Lauda, qui sait de quoi il parle en matière de danger pour avoir couru en F1 dans les années 70 et subi lui-même de graves brûlures suite à une sortie de piste sur le (vieux) Nürburgring en 1976.

“Je ne dis pas que nous devrions négliger la sécurité,” a déclaré l'Autrichien, qui porte sur le visage les stigmates de ce terrible accident, au Bild am Sonntag. “Mais si les voitures étaient plus rapides, le frisson pour les pilotes comme les spectateurs serait automatiquement plus fort.”

On a besoin de vrais hommes, pas de jeunes garçons qui jouent avec des boutons sur un volant

Niki Lauda

Lauda va plus loin en affirmant que la F1 ne devrait concerner que “les pilotes les plus talentueux.” Une façon de dire que ce n'est peut-être pas le cas à l'heure actuelle...

Et le triple Champion du monde enfonce le clou: “On a besoin de vrais hommes, pas de jeunes garçons qui jouent avec des boutons sur un volant,” ose-t-il. “On ne peut pas inverser le cours des choses, mais le pilote devrait pouvoir piloter davantage sa voiture au feeling.” Sous-entendu: et non pas en suivant les consignes de ses ingénieurs.

Plus globalement, Lauda, qui précise qu'il préfère penser que la F1 devrait être plus “risquée” plutôt que “dangereuse” comme le prétend Räikkönen, ne craint pas de dire qu'il trouve la F1 actuelle bien fade.

Il y a trop de contrôles, trop de règlements et plus assez de personnalités,” dit le Président non-exécutif de l'équipe Mercedes que les règles envisagées pour pimenter le spectacle en 2017, telles que des grilles inversées ou des lests pour les plus rapides, hérissent.

N'importe quel type de manipulation est ce qui peut être fait de pire à un sport,” réagit-il. “Cela ne doit absolument pas se faire.”

Une F1 trop compliquée, selon Berger

Gerhard Berger, son compatriote et autre ancien pilote de F1 qui fut aussi Directeur de la compétition de BMW puis actionnaire de Toro Rosso, partage cet avis.

Première zone de DRS, deuxième zone de DRS... tout cela est trop compliqué,” déplore-t-il. Pour lui, les gens doivent avoir trop de mal aujourd'hui à “allumer la télévision et simplement comprendre ce qu'il se passe.”

Interviewé par la version allemande du diffuseur Sky, Berger, comme en écho à son aîné, a résumé sa pensée par ces mots : “Il nous faut retrouver un sport dans lequel le pilote est avant tout le facteur déterminant. Pas la technologie à laquelle, dans le pire des cas, personne ne comprend rien.”

Comment lui donner tort ?

 

 

 

 

 

 

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags berger, lauda, raikkonen