Lauda : "Hamilton et Rosberg ne se disaient même pas bonjour"

Pour la première fois, Niki Lauda a évoqué plus en détail la collaboration difficile entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg chez Mercedes, plus particulièrement en 2016, année du sacre de l'Allemand.

Lewis Hamilton et Nico Rosberg ne sont plus coéquipiers chez Mercedes, depuis que l'Allemand, Champion du monde en titre, a choisi de mettre un terme à sa carrière en décembre dernier. Néanmoins, leur collaboration chaotique, marquée par trois années de lutte pour le titre mondial entre 2014 et 2016, appartient à l'Histoire de l'écurie de Brackley, avec ses bons comme ses mauvais souvenirs.

Au fil du temps, les relations entre les deux hommes s'étaient particulièrement tendues, et ce ne sont pas les souvenirs de Niki Lauda qui viendront contredire ce que tout le monde sait déjà. Les détails donnés aujourd'hui par le président non exécutif de Mercedes permettent toutefois d'en mesurer l'ampleur.

"Ils n'avaient aucune relation, ce qui est toujours mauvais", explique Niki Lauda dans une interview accordée à Graham Bensinger sur sa chaîne YouTube. "C'était si mauvais qu'ils ne se disaient même pas bonjour le matin. Je n'attends pas d'eux qu'ils prennent le petit-déjeuner ensemble s'ils ne s'aiment pas, je n'attends pas d'eux qu'ils s'assoient ensemble pour déjeuner, mais la relation était vraiment mauvaise. Cela a principalement affecté Lewis et Nico, donc ça allait, mais ce n'était pas facile."

Lauda a vexé Hamilton à Barcelone

S'il y avait eu un premier épisode édifiant avec un accrochage survenu à Spa-Francorchamps en 2014, le point de non-retour a été atteint dans l'écurie lors du Grand Prix d'Espagne 2016. Peu après le départ, les deux Flèches d'Argent s'étaient retrouvées au tapis suite à un accrochage. Là aussi, Niki Lauda se souvient des remous à gérer, et de sa difficulté à monter en première ligne.

"La grosse question, c'était à qui la faute ?" raconte-t-il. "Pour moi, c'était clair car Lewis avait été trop agressif en allant sur la droite, dans l'herbe, et il ne pouvait pas stopper sa voiture avant de le heurter." Une prise de position pas vraiment du goût du Britannique à l'époque…

"J'ai dit que si j'avais dû choisir entre les deux, c'était davantage la faute de Lewis que celle de Nico", poursuit Lauda. "Et Lewis n'a pas apprécié ça, car il avait un avis différent. Il a dit : 'Pourquoi tu me critiques ?' J'ai répondu : 'Excuse-moi. Je ne peux pas accepter que vous vous accrochiez et qu'ensuite ce ne soit la faute de personne. Pour moi, ça doit être la faute de quelqu'un'. Ensuite, Lewis était vraiment contrarié. Nico a dit : 'Oui, c'était ta faute aussi, tu es allé à l'intérieur. Pourquoi n'as-tu pas laissé de place ?' Il a répondu : 'Pourquoi aurais-je dû le faire, je faisais la course'."

Lauda et Hamilton se sont ensuite expliqués plus calmement, dans les jours qui ont suivi, tandis qu'en interne, Mercedes a revu ses règles. La menace d'une suspension figurait clairement parmi ce nouvel accord mutuel, avec un code finalement respecté par les deux pilotes pour éviter toute escalade supplémentaire dans leur adversité.

"Nous avons mis des règles en place, nous leur avons dit particulièrement à Barcelone quand ils se sont poussés hors piste – que c'était inacceptable pour Mercedes et qu'un d'entre eux devait gagner [la course], sans pousser l'autre hors de la piste", souligne Lauda. "Nous avons mis des règles interdisant [de faire ça] et impliquant une pénalité si ça se reproduisait, voire une fin de contrat, car nous avons l'esprit d'équipe ici, et on ne peut pas s'autodétruire. Toto a établi de bonnes règles, et nous avons retrouvé la paix. Nous avons bataillé, et les accidents entre eux se sont réduits."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Niki Lauda , Nico Rosberg
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags coéquipiers