Laurent Rossi : "Otmar Szafnauer est le patron" chez Alpine F1

De plus en plus discret dans le paddock F1, Laurent Rossi assume cette prise de recul programmée depuis le recrutement d'Otmar Szafnauer. Le directeur d'écurie est aux manettes, avec la confiance totale de son président.

Laurent Rossi : "Otmar Szafnauer est le patron" chez Alpine F1

Alpine a vécu un été agité, sur fond d'affaire Oscar Piastri et de départ de Fernando Alonso pour Aston Martin. Une période durant laquelle Otmar Szafnauer s'est retrouvé en première ligne, tandis que Laurent Rossi s'est montré plus discret jusqu'à sa prise de parole dans le paddock de Monza. Malgré ces semaines compliquées, le bateau d'Enstone tangue mais son capitaine tient la barre, conforté par un président qui assure que le management et la répartition des rôles sont clairs comme de l'eau de roche.

"Otmar est le patron, et ça a toujours été le cas depuis qu'il est arrivé", explique Laurent Rossi, PDG d'Alpine, en guise de mise au point. "On a connu une période de transition au cours de laquelle j'ai dû transmettre quelques dossiers mais Otmar est en fait l'une des recrues dont je suis le plus fier. Depuis qu'il est arrivé, il est chaque jour à la hauteur, et c'est le patron. Sur des sujets comme [celui des pilotes], on reste proches, donc on était au courant de toute l'évolution. On se mettait parfois d'accord sur le maximum, la limite, les frontières, parce qu'évidemment, on doit être sur la même longueur d'onde, et j'ai besoin de savoir [ce qui se passe]. Mais il n'y avait pas de réelle déconnexion entre nous."

Rossi a "entièrement confiance" en Szafnauer

Plus en retrait désormais, Laurent Rossi assume cette prise de recul visant à renforcer la perception d'Otmar Szafnauer comme véritable maître à bord de l'écurie depuis qu'il a quitté Aston Martin pour la rejoindre. Elle valide également un fonctionnement nouveau alors que l'an passé, il y avait une direction à trois têtes chez Alpine avec Laurent Rossi secondé par Marcin Budkowski en qualité de directeur exécutif et Davide Brivio en qualité de directeur de la compétition. Marcin Budkowski a quitté Enstone l'hiver dernier tandis que Davide Brivio a basculé sur d'autres projets, supervisant notamment les jeunes pilotes.

Alpine occupe la quatrième place du championnat constructeurs.

Alpine occupe la quatrième place du championnat constructeurs.

"L'an dernier, j'étais très impliqué dans l'écurie, principalement parce qu'il n'y avait pas de directeur d'équipe", rappelle Laurent Rossi. "Il fallait que la direction soit présente, et il fallait que je comprenne le fonctionnement de l'équipe avant d'y apporter des changements, ce que j'ai fait. Je pense qu'ils fonctionnent : on est à la hauteur en piste, ce qui est le plus important. Je dois donc prendre de la distance."

"Cette année, par exemple, durant la première partie de la saison j'étais là environ deux Grands Prix sur trois, ce qui est déjà trop. D'ici la fin de l'année, je serai là un Grand Prix sur deux, peut-être même moins. Et c'est normal. J'ai 17 rapports à rendre, dont un sur la F1. Je dois construire des voitures, je dois développer le réseau de concessionnaires. Je dois réfléchir aux stratégies de marché, au marketing, et à l'image de marque. Les 16 autres rapports sont tout aussi importants que celui concernant la F1, peut-être même plus, car ce sera le financement à un moment donné. C'est donc tout à fait normal que je disparaisse un peu."

"De la même manière que Luca [de Meo, PDG de Renault] n'est pas tout le temps sur mon dos parce qu'il connaît les décisions très importantes, je ne prends jamais une décision cruciale sans qu'il n'intervienne, ou au moins qu'il approuve ou donne son avis. On fonctionne de la même manière, Otmar et moi. Je suis simplement en lien avec lui et je sais tout ce qui se passe. Otmar est le patron. Je lui fais entièrement confiance et il fait un excellent travail. Ça me donne donc cette tranquillité d'esprit et je suis convaincu qu'il va continuer à faire grandir l'équipe."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Tsunoda leader d'AlphaTauri sans Gasly ? "Ce sera dur"
Article précédent

Tsunoda leader d'AlphaTauri sans Gasly ? "Ce sera dur"

Article suivant

Alonso et Hamilton toujours là en 2023, une contradiction ?

Alonso et Hamilton toujours là en 2023, une contradiction ?