Le baquet Caterham de Kobayashi n'est pas assuré pour le Japon

Kamui Kobayashi a admis ne pas être assuré de disposer d’un baquet de titulaire chez Caterham pour son Grand Prix national, au Japon

Kamui Kobayashi a admis ne pas être assuré de disposer d’un baquet de titulaire chez Caterham pour son Grand Prix national, au Japon.

Remplacé par André Lotterer pour la manche belge marquant la seconde moitié de la saison, Kobayashi n’a récupéré son baquet qu’après que l’Allemand ait refusé une pige supplémentaire à Monza. En Italie, Kobayashi a de nouveau senti la menace d’un remplacement après avoir vu le jeune Roberto Mehri tester en EL1, et avoir attendu une confirmation pour son volant de Singapour tardivement.

Il semble que l’avenir s’écrit jour après jour pour le Japonais, qui ne peut pas grand-chose pour préserver sa position, tant les finances du team sont percées et que l’entrée de capitaux est nécessaire pour les nouveaux repreneurs.

"C’est juste pour une course, jusqu’à ce qu’ils confirment [pour plus]", a ainsi expliqué Kobayashi à Autosport. "J’espère [être à Suzuka] mais ce n’est pas confirmé pour le moment. Je vais juste faire mon travail cette semaine et on verra. Je devrais avoir un contrat jusqu’à la fin de la saison, mais en F1, parfois, ça ne marche pas sur contrat, ce qui n’est pas une surprise".

Kobayashi dispose d’une tribune sur le GP du Japon, réservée à ses fans, comme l’avait fait remarqué Lotterer, qui avait ironisé en suggérant que Caterham n’écarterait pas son pilote japonais pour la manche de Suzuka en raison de l'intérêt économique que cela représente. Pour autant, rien n'est assuré.

"J’ai parlé [avec les promoteurs du GP du Japon] et ils comprennent notre situation. On ne peut rien faire", ajoute Kobayashi, qui est passager d'un bateau qui prend l'eau.

Le Japonais estime par ailleurs qu’il n’a plus à faire ses preuves. Pilotant gratuitement pour le team et se pliant en quatre pour rester au volant et tenter de faire bénéficier l’équipe de son expérience, Kobayashi juge que Caterham doit désormais régler ses problèmes financiers menaçant par ailleurs la simple présence de l’équipe sur la grille à très court terme.

"J’ai déjà assez montré de quoi je suis capable dans la voiture ; j’ai de l’expérience du V6 Turbo, et assez de bouteille pour être prêt pour l’an prochain, annonce-t-il, tendant une perche à qui voudra la saisir. Je n’ai jamais été inquiet concernant la performance, car ce n’est pas en raison des performances que j’ai perdu mon baquet à Spa. Je veux encore être en F1 mais je dois être réaliste, car la F1 devient vraiment mauvaise économiquement parlant".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes André Lotterer , Kamui Kobayashi
Type d'article Actualités