Le big boss de Red Bull maintient la pression sur Renault

Dietrich Mateschitz, le grand patron de Red Bull, est un homme qui ne prend guère souvent le temps de donner son opinion sur la situation de la F1 ou de son équipe, maisqui ne prend par ailleurs pas de pincetteslorsqu’il est question de mettre à...

Dietrich Mateschitz, le grand patron de Red Bull, est un homme qui ne prend guère souvent le temps de donner son opinion sur la situation de la F1 ou de son équipe, mais

qui ne prend par ailleurs pas de pincettes

lorsqu’il est question de mettre à plat ses états d’âmes, à l’instar du Président de Ferrari, Luca di Montezemolo.

Ainsi, après avoir suggéré sur un ton un brin provocateur que la présence de Red Bull en F1 n’était pas inconditionnelle à l’avenir, puis jugé sévèrement le format F1 2014 -qui marque il est vrai une petite révolution-, Mateschitz n’a cette fois pas pris de gants au moment d’évoquer le partenaire moteur historique du team.

Renault, avec qui Red Bull a remporté les quatre dernières couronnes mondiales tant dans les tableaux pilotes que constructeurs, est sous pression, et là où Lotus caresse, Red Bull gifle.

" Je pense que notre voiture est de nouveau au sommet de son art ; mais pour être en mesure de le prouver, nous avons aussi besoin d’un moteur parfait, autant sur le plan des pièces que sur le plan logiciel ", glisse ainsi l’influent Autrichien, laissant entendre son mécontentement.

"Nous travaillons contre le temps avec notre partenaire Renault, et nous allons franchir une nouvelle grosse étape dans les deux ou trois prochaines semaines. Il reste encore 18 courses. Nous serons de retour," assure malgré tout Mateschitz, qui sait cependant par expérience après 2009 que perdre le bénéfice de quatre GP n’est jamais de bon augure pour disputer les couronnes mondiales.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Luca di Montezemolo
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités