Le bloc Mercedes domine dans le temple de la vitesse

Durant les premières heures du Championnat du Monde de Formule 1, le moteur jouait un rôle prépondérant dans la performance globale d'une monoplace tandis que l'aérodynamique n'occupait qu'une place secondaire

Durant les premières heures du Championnat du Monde de Formule 1, le moteur jouait un rôle prépondérant dans la performance globale d'une monoplace tandis que l'aérodynamique n'occupait qu'une place secondaire. Ainsi, Enzo Ferrari n'hésitait pas à déclarer que "l'aérodynamique est faite pour les gens qui ne savent pas faire de moteurs", lui qui tenait tant au bloc V12 en position avant.

Mais dans l'ère moderne de ce sport, les choses se sont inversées et la vélocité d'une machine est davantage due à son aérodynamisme qu'à sa puissance. Cela est vrai sur la quasi-totalité des circuits inscrits au calendrier du championnat, mais certains font de la résistance, le plus fameux étant bien sûr Monza et ses longues lignes droites, où les moteurs peuvent faire parler toute l'étendue de leur puissance.

Et à ce petit jeu, c'est Mercedes qui a été de loin le plus fort ce samedi lors des qualifications du Grand Prix d'Italie. Sur les huit blocs V6 Turbo frappés de l'Étoile et équipant les écuries Mercedes AMG, Williams, McLaren et Force India, six monopolisent les trois premières lignes de la grille de départ. Les autres doivent se contenter des miettes puisque les pilotes Ferrari et Red Bull Fernando Alonso et Sebastian Vettel, deux des meilleurs du plateau, ne sont respectivement que septième et huitième avec leurs moteurs Ferrari et Renault.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Sebastian Vettel
Équipes McLaren , Mercedes , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités