Le GP de Chine du point de vue pneumatique

- Plusieurs courbes rapides se négocient en pleine accélération

- Plusieurs courbes rapides se négocient en pleine accélération. Les pilotes pourront ainsi bénéficier cette saison de la quintessence du couple produit par leurs nouvelles F1, tout particulièrement dans les virages 3-4, 7-8 et 12-13 qui nécessitent une remise de gaz progressive. Il est par ailleurs fondamental de disposer d’une bonne cartographie moteur afin d’éviter un patinage des roues dommageable à la tenue des pneumatiques.

- Grâce aux forts appuis appliqués en Chine, la vitesse de passage en courbes est élevée et les contraintes sont supérieures à 3,8 g. 80% du circuit étant négociés en appui et les gommes les plus tendres offrant un grip maximal, ces dernières sont les plus sollicitées.

- Le circuit de Shanghai est constitué de plusieurs longues lignes droites qui ont un effet direct sur les pneumatiques. La vitesse permet à la gomme de se refroidir, mais elle doit rapidement remonter en température afin d’offrir le meilleur équilibre possible en courbe.

- Le pneumatique P Zero medium fonctionne mieux que le soft dans une fenêtre de températures plus basses, c’est-à-dire qu’il a besoin de moins chauffer que le P Zero soft pour être performant. La combinaison medium/soft permet donc de rouler efficacement dans des conditions variées : une raison pour laquelle elle s’est avérée si efficace depuis le début de la saison.

- Le circuit du Grand Prix de Chine est le plus éprouvant pour les freins cette saison, tandis que le nouveau système « brake by wire » aura une incidence particulière sur les pneumatiques. Au freinage, ils subissent des forces verticales de l’ordre de 4,3 g.

- Fernando Alonso s’est imposé l’an passé pour le compte de Ferrari grâce à une stratégie à trois arrêts. Troisième sur la grille de départ en étant chaussé de Soft, l’Espagnol a ensuite bouclé trois relais avec les Medium. Quant à Jenson Button, sur une stratégie à deux arrêts pour sa part, il a coupé la ligne en 5e position.

- Les pneus sont distribués en fonction d’un code barre, selon un système contrôlé par la FIA. Ce code représente le « passeport » de l’enveloppe. Intégré au flanc du pneu durant le processus de vulcanisation, il ne peut en cas être retiré. Il contient tous les détails de chaque produit, permettant ainsi une traçabilité tout au long d’un week-end de course grâce au logiciel RTC (Racing Tyre System) développé par Pirelli. La FIA reçoit une liste de codes barres et se charge de les allouer aux différentes équipes selon un tirage au sort.

Pirelli n’est pas impliqué dans cette distribution et ne peut donc en aucun cas apporter une quelconque influence. Le manufacturier peut cependant affirmer que toutes les gommes sortant de l’usine sont strictement identiques. A leur arrivée sur le circuit, les pneus sont distribués aux teams selon la liste établie par la FIA. Les codes barres permettent ainsi à la fédération et à Pirelli de s’assurer que chaque équipe utilise bien le produit distribué.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités