Le GPDA appelle la F1 à revoir son approche pneumatique

Suite aux événements qui ont émaillé le Grand Prix de Belgique sur le plan pneumatique, le GPDA a indiqué qu’il surveillait la situation au plus près. 

Nico Rosberg et Sebastian Vettel ont été victimes d'incidents distincts le week-end dernier. Ferrari et Pirelli mènent des investigations communes et doivent encore publier les conclusions définitives après ce qui est arrivé à Spa-Francorchamps, mais la FIA s’est déjà montrée active en indiquant qu’elle était prête à imposer des restrictions et des limites en termes d’exploitation des enveloppes, si Pirelli en fait la demande. 

Pour le GPDA, l’association des pilotes de Grand Prix, il est crucial de réagir rapidement et correctement. 

"En tant que pilotes, nous croyons fermement que la fin de la fenêtre de performance des pneus ne peut pas et ne devrait pas mener à une délamination sous la forme d’une explosion", précise Alexander Wurz, président du GPDA, à la BBC. "Je crois qu’il y a des technologies qui évitent de telles délaminations soudaines, mais à court terme nous devons donner à Pirelli la liberté et le soutien pour introduire toute mesures qu’ils déclarent sûres et bonnes pour la F1."

"Nous demandons la plus grande attention par rapport aux défaillances soudaines à Spa. Nous devons travailler ensemble pour dépasser de telles préoccupations quant à la sécurité."

Sécurité et cohérence technologique

Wurz ne vise pas particulièrement Pirelli en tant que manufacturier unique de la Formule 1. Ce que l’ancien pilote réclame, c’est finalement une approche différente en F1, alors que le cahier des charges dont dispose la firme italienne l’oblige à concevoir des pneus qui contraignent les pilotes à s’arrêter plus souvent. 

"Il faut dire que nous avons vu des défaillances pneumatiques à travers l’Histoire de la F1 et de la course", relativise Wurz. "Ce n’est pas souhaité, mais nous sommes conscients des difficultés auxquelles les manufacturiers de pneus font face en raison de l’évolution des temps au tour et des forces exercées."

"C’est la gestion et la réaction face à de telles défaillances, et le développement de pneus meilleurs, plus rapides et plus sûrs, que la F1 doit adopter et même demander. C’est pour la sécurité des pilotes mais aussi pour appliquer des technologies plus sûres avec les pneus pour la route."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alexander Wurz
Type d'article Actualités
Tags gpda, pirelli, pneus