Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
24 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
73 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
86 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
108 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
129 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
143 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
157 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
185 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
192 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
206 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
213 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
241 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
248 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
262 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
276 jours

Le jour où Senna gagna avec 0,01 sec d’avance!

partages
commentaires
Le jour où Senna gagna avec 0,01 sec d’avance!
31 mai 2014 à 19:15

Le 13 avril 1986, Ayrton Senna remportait une spectaculaire victoire sur Nigel Mansell avec une avance de

Le 13 avril 1986, Ayrton Senna remportait une spectaculaire victoire sur Nigel Mansell avec une avance de...0,01 sec ! C’est sur le circuit espagnol de Jerez, devenu aujourd’hui piste d’essais pour la F1, que ce grand classique s’est tenu.

Un mois avant cette course fascinante, Frank Williams connaissait le plus grand revers de sa vie en étant victime d’un grave accident de la circulation avec le journaliste Peter Windsor (ex-copropriétaire de US F1), à l’époque responsable relations presse du team. C’est à cette occasion que Sir Frank perdit l’usage de ses jambes. La course andalouse fut la première depuis l’accident; son pilote Mansell fut à un souffle de signer la victoire.

Jerez arrivait au calendrier avec un tout nouveau challenge pour les pilotes. Toute nouvelle, la piste arborait ses 16 virages. En qualifications, c’est Senna qui s’imposa avec sa Lotus Renault en 1’21.605s, devant ses rivaux Nelson Piquet (Williams Honda) et Nigel Mansell, quatre dixièmes plus lent avec l'autre Williams. Alain Prost, avec la McLaren TAG, complétait la seconde ligne, devant Keke Rosberg (McLaren TAG) et René Arnoux (Ligier Renault).

Au départ, Senna conservait son avantage devant les deux Williams, mais Mansell connaissait rapidement des soucis de consommation de carburant (les monoplaces étaient alors limitées à 195 litres embarqués), et devait prendre la décision de lever le pied. Il lui fallut attendre plusieurs boucles pour recevoir de nouveau des informations rassurantes de son muret des stands et pouvoir pousser de nouveau au 19ème passage. Dès lors, King Nigel se mettait en tête de rattraper son handicap accumulé lors des passages précédents.

Mansell remonta tant et si bien qu’il parvint à prendre le dessus sur Piquet 15 boucles plus tard, avant de prendre le commandement à Senna, et de se ménager une avance de quatre secondes à 10 tours de l’arrivée. Mais c’était sans compter sur l’usure des pneus, qui commençait à faire s’effondrer les temps de la Williams Honda de notre ami moustachu.

En fin de course, Mansell était à la limite, et Senna, se voyant rattraper seconde par seconde, ne semblait pas en mesure de pouvoir protéger sa première position.

Nous avons disputé le final comme des sprinters du 100m cherchant à couper le ruban et bien que je l’aie passé à la moitié de la ligne droite, il traversa la ligne avec une avance de 0.014 sec, soit 93 centimètres” !, se remémore Mansell. “Si la ligne d’arrivée avait été 15 mètres derrière, j’aurais gagné la course. Et ces quelques points auraient fait la différence à la fin de l’année”…

Troisième et quatrième, Prost et Rosberg plaçaient les deux McLaren derrière les acteurs de ce fabuleux final.

En fin de saison, Mansell manqua le titre pour deux points face à Prost, sacré Champion. Ayrton Senna se classa quatrième cette année-là, derrière son compatriote Nelson Piquet. Côté constructeurs, Williams Honda s’imposa avec 141 points (9 victoires) devant McLaren et Lotus, créditées respectivement de 4 et 2 succès en course.

Article suivant
Webber/Vettel – 11 kilos qui coûtaient cher

Article précédent

Webber/Vettel – 11 kilos qui coûtaient cher

Article suivant

La Formule 1, moteur de critiques (2/2)

La Formule 1, moteur de critiques (2/2)
Charger les commentaires