Le Nürburgring trouve enfin un repreneur

Le Nürburgring a un nouveau propriétaire

Le Nürburgring a un nouveau propriétaire. Le circuit, vendu en mars dernier à Capricorn Group, a été racheté par le milliardaire russe Viktor Kharitonin, PDG de la société pharmaceutique Pharmstandard.

Début octobre, le magazine économique allemand Wirtschaftswoche annonce que la Deutsche Bank a retiré son financement estimé à 45 millions d'euros sur les 77 millions d'euros empruntés pour l'achat du Ring. Un coup dur pour Roberto Wild, directeur exécutif de Capricorn Group, qui se retrouve alors dans une situation délicate. L'homme devait verser le deuxième acompte de 5 millions d'euros le 31 juillet dernier mais ne l'a pas fait. La raison évoquée était l'attente de l'accord de la Commission Européenne sur la légalité de la vente. Du coup, la date de versement a été reportée à la fin octobre.

La Commission Européenne a donné un avis favorable pour la vente. Seulement, Capricorn Group ne disposait pas de l'argent nécessaire pour payer le deuxième versement, ni même le troisième, prévu pour le 20 décembre prochain. Si bien que les actions ont été transférées à un fiduciaire courant octobre.

Viktor Kharitonin a payé le deuxième versement manqué mais également le dernier versement prévu pour le mois de décembre. Via sa société NR Holding AG, il reprend les deux tiers du circuit, le premier tiers appartenant à GetSpeed, auteur du premier versement.

Un circuit en difficulté depuis plus d'une décennie

Les problèmes du Nürburgring ne datent pas d'hier. Le circuit, surendetté depuis 2006, cherche un moyen de combler la perte engendrée par la F1. C'est alors qu'était né le projet "Nürburgring 2009", un projet ambitieux visant à attirer de nouveaux visiteurs. Ce projet proposait de construire dans un premier temps un musée de la course, un parc d'attractions, une rue commerçante et deux salles de spectacles, puis dans un deuxième temps, deux hôtels et un parc de vacances avec discothèque et restaurants. Mais le coût de ce projet est incontrôlé et se présente comme un désastre financier pour le circuit.

En 2012, le circuit est sur le point de déposer le bilan, ayant accumulé une dette d'environ 385 millions d'euros et étant dans l'incapacité de trouver du financement. Le 12 novembre 2012, la procédure d'insolvabilité est annoncée. Le circuit ainsi que le complexe sont mis en vente courant 2013. Le 11 mars dernier, Capricorn Group rachète pour 77 millions d'euro le circuit de l'Eifel et promet d'investir 25 millions dans l'expansion du circuit et de sa périphérie. Mais le nouvel acquéreur ne respecte pas ses engagements et le circuit est une nouvelle fois mis en vente.

Le 1er octobre 2014, la Commission Européenne dénonce l'octroi d'aides d'État incompatibles avec les règles européennes de la concurrence à trois entreprises gérant le circuit automobile, le parc de loisirs et les hôtels du Nürburgring, qui ont reçu un total de 456 millions d'euros entre 2002 et 2012, ainsi que d'autres mesures afin d'éviter leur faillite immédiate. Aujourd'hui, ces dernières font l'objet de procédures d'insolvabilité.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités