Le Venezuela pourrait couper les vivres à Maldonado

La carrière en sport automobile de Pastor Maldonado reste indéfectiblement liée au soutien financier conséquent de PDVSA

La carrière en sport automobile de Pastor Maldonado reste indéfectiblement liée au soutien financier conséquent de PDVSA. En Formule 1, le géant pétrolier vénézuélien a suivi son pilote aussi bien chez Williams que chez Lotus, où il apporte encore une manne financière pour assurer son volant. Récemment, on a d’ailleurs appris que PDVSA aurait versé à Williams une somme estimée à 25 millions de dollars pour permettre à Maldonado de rejoindre Lotus l’hiver dernier.

Mais le soutien financier de PDVSA est très critiqué au Venezuela, puisque la compagnie pétrolière appartient intégralement à l’Etat. Les investissements à coups de millions d’argent public ne sont ainsi pas toujours bien vus. Une situation qui pourrait prochainement cesser et mettre en péril la suite de la carrière de Maldonado.

Jusqu’à la mort du président Hugo Chavez l’année dernière, le vainqueur du Grand Prix d’Espagne 2012 bénéficiait d’un soutien sans faille pour lui assurer sa place en F1. Mais le nouveau gouvernement en place ne voit visiblement pas les choses de la même manière, et une récente déclaration du Ministre des Sports laisse poindre quelques difficultés à venir pour Maldonado.

« Je sais que je vais me faire beaucoup d’ennemis, mais il n’y aura pas un dollar de plus pour le sport automobile », a lancé Antonio Alvarez dans les colonnes du journal Ultimas Noticias. « Le sport vénézuélien a d’autres priorités, et ce serait injuste d’utiliser des ressources pour des disciplines qui ne sont pas en ligne avec le développement de notre pays. »

A 29 ans et 63 Grand Prix à son actif, Pastor Maldonado serait donc en passe de perdre son argument principal pour justifier sa présence en F1 auprès d’une équipe.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pastor Maldonado
Équipes Williams
Type d'article Actualités