Leclerc attend Ferrari : "Ça prendra du temps mais j'y suis prêt"

partages
commentaires
Leclerc attend Ferrari : "Ça prendra du temps mais j'y suis prêt"
Par :

Charles Leclerc a conscience d'être dépendant des progrès de Ferrari et se dit prêt à se montrer patient face à cette situation compliquée.

La situation sportive de Ferrari est particulièrement délicate en cet été 2020, et le Grand Prix de Belgique a réuni à lui seul le week-end dernier toutes les difficultés rencontrées par la Scuderia. Le contexte de gel des châssis en vue de 2021, suite à la crise du coronavirus, ne fait pas non plus les affaires de l'écurie de Maranello, qui a désormais conscience qu'il lui faudra "de nombreuses années" pour retrouver les sommets. L'aveu est de Mattia Binotto, et si tel est vraiment le cas, ce sont les ambitions de Charles Leclerc qui en prennent inévitablement un coup au passage. Sous contrat avec le Cheval Cabré jusqu'à fin 2024, le Monégasque assure toutefois qu'il saura montrer la patience nécessaire pour la réussite du projet.

"D'un côté, je n'ai pas vraiment le choix", concède-t-il. "Mais oui, ça demandera sûrement de la patience, et oui, je suis prêt à attendre. Mais c'est aussi mon boulot d'essayer de rendre ce processus le plus court possible, et de nous faire revenir là où nous méritons d'être. Ça ne va pas être facile. Ça prendra du temps mais j'y suis prêt. Mon boulot est de toujours donner le meilleur de moi-même, peu importe la situation dans laquelle nous sommes."

Lire aussi :

La SF1000 est une monoplace qui affiche des faiblesses importantes et Ferrari assure que la chute de performance de son moteur ne peut pas être la seule raison à ses mauvais résultats. L'écurie travaille sur le développement de son unité de puissance pour 2021 mais estime que même un pas en avant de ce côté ne permettra pas de compenser tous les déficits vus sur sa F1. Tout l'enjeu sera de répartir les ressources au mieux pour continuer à progresser tout en préparant le tournant réglementaire de 2022 sans risquer de rater le coche.

"Il y a un peu des deux dans mon esprit", admet lui aussi Leclerc quant à 2021 et 2022. "Mais je pense que le plus important actuellement est de travailler afin de comprendre pourquoi nous avons autant de difficultés cette année. Dans tous les cas, cela nous aidera pour l'avenir. J'essaie de travailler le plus dur possible, comme chacun le fait dans l'équipe afin d'identifier les problèmes et disposer d'une base solide pour les années à venir."

Sainz a "100% confiance en Ferrari"

Carlos Sainz Jr., McLaren

Cette patience, Carlos Sainz devra également en faire preuve. Encore chez McLaren cette saison, l'Espagnol a saisi très tôt l'opportunité de rejoindre Ferrari pour succéder à Sebastian Vettel. Malgré ce à quoi il assiste de l'extérieur avant de mettre les pieds à Maranello l'an prochain, il assure n'éprouver aucun regret et se montre toujours optimiste.

"Je suis très à l'aise avec la décision que j'ai prise", insiste-t-il. "J'ai 100% confiance en Ferrari et en ce qu'ils peuvent faire pour l'avenir. Souvenons-nous que l'an dernier, ils ont pu signer sept pole positions, donc je crois que c'est une écurie qui sait comment faire de bonnes voitures. Quant au fait de savoir si je suis stressé : ce qui me rend nerveux, c'est le fait de perdre 30 points pour des raisons qui ne dépendent pas de moi. C'est vraiment ce qui me préoccupe actuellement. C'est vraiment ce qui fait que, lorsque je vais me coucher, je me demande comment j'ai pu perdre tous ces points et pourquoi c'est à moi que ça arrive. Je suis totalement confiant et prêt à aller chez Ferrari la saison prochaine. Je ne pourrais pas être plus enthousiaste."

Netflix prépare une série sur Ayrton Senna

Article précédent

Netflix prépare une série sur Ayrton Senna

Article suivant

Un casque "pizza" pour Lando Norris au GP d'Italie !

Un casque "pizza" pour Lando Norris au GP d'Italie !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Races
Auteur Basile Davoine