Leclerc n'ignore aucune opportunité mais donne sa priorité à Ferrari

Charles Leclerc doit encore se pencher sur son avenir en Formule 1, donnant la priorité à Ferrari même s'il juge naturel d'étudier "les différentes options" ailleurs sur la grille.

Charles Leclerc, Scuderia Ferrari

Charles Leclerc se dit prêt à s'inscrire dans un projet à long terme chez Ferrari, même si d'autres options s'ouvrent à lui. Le contrat du pilote monégasque court actuellement jusque fin 2024 et pour le moment, ni lui ni l'écurie n'ont entamé les discussions pour une prolongation. Un timing qui, ajouté aux difficultés du Cheval cabré, alimente les spéculations. Avec de potentiels baquets libres en 2025, les écuries Mercedes, Aston Martin et Red Bull sont vues comme des alternatives potentielles.

Néanmoins, s'il admet tenir compte des autres opportunités, Charles Leclerc insiste sur sa priorité qui est de décrocher un jour le titre mondial avec la Scuderia. Dans un entretien exclusif accordé à Motorsport.com, le pilote de 25 ans juge naturel pour tout pilote de prendre en compte toutes les possibilités, sans que cela ne laisse forcément présager un départ. 

"Bien sûr, je pense que chaque pilote étudie les différentes options qui s'offrent à lui une fois qu'il en a la possibilité", explique-t-il. "Mais j'aime énormément Ferrari. Et mon premier objectif, mon premier rêve, c'est de devenir Champion du monde avec Ferrari, plus que tout autre chose. Donc s'il y a une petite opportunité pour que ça se produise, je n'aurai aucun doute quant au fait de tout faire pour rester ici."

"Il est évident, pour tout le monde dans l'équipe, que nous ne sommes pas satisfaits de la situation dans laquelle nous sommes aujourd'hui. Nous voulons gagner. Mais j'aime Ferrari, je m'y sens comme chez moi. Et je ne peux pas en dire plus parce qu'il n'y a pas eu de discussions ou quoi que ce soit d'autre, si ce n'est quelques plaisanteries par-ci, par-là."

"Je pense tout simplement que ce n'est probablement pas la priorité du moment, ni pour moi, ni pour l'écurie. On se concentre juste sur ce qui est vraiment important dans l'immédiat. C'est d'être à nouveau compétitifs le plus rapidement possible. Après, on verra. Mais encore une fois, j'aime Ferrari et je m'y sens comme chez moi."

Un objectif pour la fin de saison

Ferrari doit réduire l'écart avec Red Bull avant 2024.

Ferrari doit réduire l'écart avec Red Bull avant 2024.

Le niveau de performance de Ferrari occupe tous les esprits à Maranello, y compris celui de Charles Leclerc. La Scuderia avait idéalement entamé le nouveau cycle réglementaire au début de la saison 2022 mais souffre désormais de la domination de Red Bull. À ce jour, la SF-23 n'a jamais vraiment été en position de se battre pour la victoire et plutôt qu'espérer combler l'écart en deuxième partie de saison, l'objectif est de redevenir la deuxième force du plateau pour poser les meilleures bases possibles en vue de 2024.

"Je pense que l'objectif réaliste, en tout cas celui que l'on veut se fixer, est d'être l'équipe la plus forte derrière Red Bull et de réduire l'écart avec eux", confirme Charles Leclerc. "Après, pour 2024, il ne fait aucun doute que l'objectif de tout le monde est de revenir au sommet et de se battre contre Red Bull."

"Je crois, de manière réaliste et ce n'est que mon opinion, que d'ici la fin de l'année, nous ne serons pas en mesure de rattraper Red Bull. Mais l'objectif sera au moins d'être devant McLaren, Mercedes et Aston Martin."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Cette approche unique de Toyota en WRC qui devrait inspirer Alpine F1
Article suivant Gasly : 2023 est ma saison "la plus malchanceuse" en F1

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse