Leclerc chez Ferrari : "Les temps changent" pour la Scuderia

partages
commentaires
Leclerc chez Ferrari :
Par : Basile Davoine
26 sept. 2018 à 07:02

La décision officialisée par Ferrari la semaine dernière de ne pas prolonger Kimi Räikkönen, et de le remplacer par Charles Leclerc pour 2019, marque un changement d'ère pour l'écurie de Maranello.

Charles Leclerc, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Maurizio Arrivabene, directeur, Ferrari, en conférence de presse
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Charles Leclerc, Sauber
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et le troisième, Sebastian Vettel, Ferrari, sur le podium
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H sort du garage

La saison prochaine, le Monégasque deviendra le deuxième plus jeune pilote Ferrari de l'Histoire de la Formule 1, tandis que son CV est bien différent des recrutements effectués par la Scuderia au cours de la dernière décennie. Il faut en effet remonter à la saison 2006, synonyme de l'arrivée de Felipe Massa, pour trouver trace de la titularisation d'un pilote n'ayant pas encore gagné en Grand Prix.

La promotion éclair de Leclerc aux côtés de Sebastian Vettel, alors que l'actuel pilote Sauber doit encore boucler sa première saison dans la catégorie reine, est plus qu'un simple symbole. Elle illustre, selon Maurizio Arrivabene, la nécessité absolue de préparer l'avenir sans être dépourvu.

"Les temps changent. Le plus important, c'est de conserver notre ADN, mais également de regarder vers l'avenir", insiste le directeur de Ferrari au micro de Sky Sports. "Si l'on prend la situation dans le paddock aujourd'hui, Red Bull a placé Gasly aux côtés de Verstappen et McLaren aura Sainz avec Norris, qui est débutant."

"Pour ce qui est de l'avenir, Mercedes a fait un choix il y a deux ans [en recrutant Valtteri Bottas pour remplacer Nico Rosberg] donc ils ont déjà un avantage. La meilleure manière de gagner quelque chose est de faire ce choix et de faire grandir un talent qui est né dans la Ferrari Driver Academy."

Sebastian est notre pilote, pas notre team principal.

Maurizio Arrivabene, directeur de Ferrari

La décision de propulser Leclerc dans une monoplace était initialement voulue par Sergio Marchionne, président de Ferrari jusqu'à sa disparition en juillet dernier. La balance a ensuite penché successivement du côté de Räikkönen puis du jeune pilote de 20 ans, jusqu'au choix ferme et définitif, tranché à Maranello.

L'entente parfaite entre Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen aurait pu être un argument pour conserver le Finlandais, comme ce fut le cas ces dernières années. Mais cela n'a pas suffi face au bilan sans appel du Champion du monde 2007, sevré de victoire depuis son retour chez Ferrari il y a quatre ans et demi. Peu importe si la décision va ou non dans le sens de ce qu'aurait souhaité Vettel, Ferrari a privilégié l'avenir en optant pour un choix fort. 

"Sebastian est notre pilote, pas notre team principal, avec tout le respect que je lui dois", rappelle Maurizio Arrivabene. "Mon travail est d'analyser la situation dans son ensemble, de discuter avec mes dirigeants, de leur donner un plan à long terme. Lorsque l'on parle d'un plan à long terme, la décision est prise par la direction et pas par le pilote."

Prochain article Formule 1
Häkkinen : "Ferrari devrait être en tête" mais a commis "trop d'erreurs"

Article précédent

Häkkinen : "Ferrari devrait être en tête" mais a commis "trop d'erreurs"

Article suivant

Ricciardo : Ma saison "la plus bizarre" en course automobile

Ricciardo : Ma saison "la plus bizarre" en course automobile
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités