Réactions
Formule 1 GP de Singapour

Leclerc sans regrets : "C'était à moi de faire mieux en qualifs"

Charles Leclerc n'a jamais été en mesure de jouer la victoire à Singapour, mais il sait que les circonstances ne lui ont pas été favorables.

Carlos Sainz, Ferrari SF-23, Charles Leclerc, Ferrari SF-23

Ce dimanche à Singapour, Ferrari a renoué avec la victoire après plus d'un an de disette. Charles Leclerc, lui, a toutefois dû se contenter de la quatrième place. Le Monégasque était pourtant conscient de l'opportunité que représentait la piste de Marina Bay, lui qui restait sur deux pole positions et deux podiums dans la cité-État. "S'il y avait une opportunité cette année, c'était bien celle-là", est-il le premier à reconnaître.

Lire aussi :

Après avoir échoué au troisième rang des qualifications, à 0"079 de Carlos Sainz et à 0"007 de George Russell, Leclerc a de lui-même pris la décision de s'élancer en tendres afin de prendre le meilleur sur la Mercedes à l'extinction des feux. Mission accomplie ! La stratégie n'était toutefois pas optimale sur le long terme pour l'intéressé, qui a surtout pâti de devoir laisser passer des voitures rivales dans les stands lors de la neutralisation par la voiture de sécurité, après avoir été prié de ralentir par son écurie pour laisser son partenaire prendre le large en tête de l'épreuve.

"Malheureusement, je ne pense pas que l'on aurait pu faire quelque chose de mieux", commente Leclerc au micro de Canal+. "Dans tous les cas, en allant à cette course, je savais que ça allait être difficile."

Charles Leclerc, Scuderia Ferrari

Charles Leclerc (Ferrari)

"J'ai changé le choix des pneus avec un tendre ce matin, au dernier moment, pour essayer de faire exactement ce qu'on a fait : prendre la deuxième place dès le début et ensuite essayer de ralentir les autres pour que Carlos parte et qu'ensuite je puisse m'arrêter avant Carlos, sans qu'il se fasse undercutter (sic). Le problème, c'est qu'il y a eu un Safety Car, donc on a fini à s'arrêter tous au même moment. Après, j'ai eu le trafic pour repartir des stands, du coup j'ai dû attendre, j'ai perdu trois positions. Je suis reparti septième parce qu'il y avait les deux Red Bull entre nous aussi."

"Après ça, je savais que la course allait être compliquée, parce que doubler ici, c'est tout simplement très difficile. [En fin de compte], la gestion de la course a été extrêmement bonne, parce que Carlos a gagné aujourd'hui. C'était à moi de faire un meilleur boulot hier en qualifs."

Au 44e tour, alors que le quintette Sainz-Russell-Norris-Hamilton-Leclerc se tenait en cinq secondes, la course a de nouveau été neutralisée, cette fois par la voiture de sécurité virtuelle, l'Alpine d'Esteban Ocon étant tombée en panne. Les Mercedes ont chaussé des pneus neufs, mais Charles Leclerc est resté en piste. Il n'a pas résisté au retour des Flèches d'Argent et n'a pas tardé à se laisser décrocher : il a tourné deux secondes au tour moins vite dans les dix dernières boucles, jusqu'à être menacé par Max Verstappen dans les dernières kilomètres.

"La voiture surchauffait partout, alors le rythme n'était pas vraiment représentatif : il s'agissait uniquement de ramener la voiture à l'arrivée", explique le pilote Ferrari à la presse, précisant que la surchauffe concernait "principalement" le moteur. "On savait que c'était critique, et j'étais également conscient que Singapour est toujours critique pour la course. Après que les deux Mercedes m'ont doublé, il n'y avait plus grand-chose à gagner à attaquer, alors on a juste décidé de ramener la voiture à la maison."

Lire aussi :

Propos recueillis par Matt Kew

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Ocon encore victime d'un souci : "Pas de commentaire..."
Article suivant Vasseur savoure : "Red Bull ne sera pas à la ramasse tous les week-ends"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse