Leclerc : "À la fin, on avait le rythme des leaders !"

partages
commentaires
Leclerc :
Par : Benjamin Vinel
29 oct. 2018 à 19:00

Septième au Grand Prix du Mexique, Charles Leclerc a égalé le deuxième meilleur résultat de sa jeune carrière en Formule 1 et se félicite de sa performance.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, devant Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, et Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber salue le public à la fin de la course
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber lors de la parade des pilotes
Charles Leclerc, Sauber C37

Si Charles Leclerc n'est pas parvenu à rivaliser avec les Renault, celle de Nico Hülkenberg le devançant à l'arrivée tandis que Carlos Sainz a abandonné, le pilote Sauber a néanmoins fini septième loin devant le reste du peloton – Stoffel Vandoorne, huitième, était relégué à plus de 20 secondes.

Leclerc s'attendait-il à un tel résultat ? "Non, mais le rythme était incroyable", s'enthousiasme-t-il. "À la fin, nous avions plus ou moins le rythme des leaders, c'était dingue ! Je ne m'attendais pas à ça. C'est un très bon week-end, car nous étions en grande difficulté vendredi, et nous avons rebondi avec les deux voitures en Q3 et les deux voitures dans les points."

Dans les faits, les leaders Max Verstappen et Sebastian Vettel tournaient généralement entre 1'19"1 et 1'20"3 dans les dix derniers tours, tandis que Leclerc évoluait plutôt entre 1'20"5 et 1'21"3. Cependant, le Monégasque avait chaussé ses pneus dès le 13e tour, avec une stratégie à un arrêt.

De plus, il est vrai que la différence était alors bien plus faible qu'en début de course. Verstappen et Leclerc ont fait leur premier arrêt au même moment, adoptant tous deux des supertendres neufs. Dans les dix tours qui ont suivi, le Néerlandais tournait entre 1'20"3 et 1'21"6, alors que Leclerc – préservant peut-être ses pneus pour la suite – était entre 1'23"6 et 1'25"3.

Lire aussi :

Le Champion F2 en titre a par ailleurs dû batailler avec Sergio Pérez pour ce qui était alors la huitième place, le Mexicain prenant l'avantage avec des pneus plus frais. Or, la Force India a été contrainte à l'abandon par des problèmes de freins.

"C'était très difficile, il fallait que je protège ma position mais ma priorité était de gérer les pneus, c'était très dur de faire les deux à la fois", relate Leclerc. "En fin de compte, il était plus rapide, donc il nous a dépassés. Je crois qu'ils étaient sur une stratégie différente, sans la défaillance ils auraient sûrement fait un deuxième arrêt, car il était en ultratendres, c'était très difficile de finir la course avec ces pneus. Je ne voulais pas trop tuer mes pneus avec cette bataille, et au final, il a eu ce problème de freins."

Sauber gagne une place au général

Sauber a en tout cas fait une excellente affaire avec les six points marqués par Leclerc et les deux unités inscrites par Ericsson, puisque l'écurie suisse chipe la huitième place du championnat des constructeurs à Toro Rosso, avec 36 points contre 33.

"C'est énorme, surtout pour l'équipe, parce que cela représente beaucoup d'argent pour l'équipe et pour le développement. La bataille n'est pas gagnée, il reste deux courses. Nous devons nous assurer qu'ils restent derrière. J'espère que nous y parviendrons", conclut le futur pilote Ferrari.

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Article suivant
Stats - À Verstappen les lauriers, à Hamilton la légende

Article précédent

Stats - À Verstappen les lauriers, à Hamilton la légende

Article suivant

Vandoorne a mis fin à une série de 14 GP sans points

Vandoorne a mis fin à une série de 14 GP sans points
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Catégorie Course
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Réactions