Leclerc a trouvé la F1 "intimidante" au début

partages
commentaires
Leclerc a trouvé la F1
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
17 déc. 2018 à 08:01

Charles Leclerc a reconnu qu'il avait trouvé la Formule 1 "intimidante" au début, quand il a fallu s'habituer à composer avec plus de personnes autour de lui qu'auparavant.

Même si le Monégasque a suffisamment impressionné lors de sa campagne chez Sauber pour gagner une place de titulaire chez Ferrari pour 2019, il a reconnu avoir trouvé le pas vers la Formule 1 difficile à franchir. "Au début, c'est avant tout assez intimidant de discuter avec autant de gens."

"Tout ce que vous allez dire va être analysé, pas seulement par votre ingénieur, mais par beaucoup de personnes. Donc évidemment, c'est assez... pas effrayant, mais intimidant comme j'ai dit. Mais après, on s'y habitue. Et également, le genre de retour d'information que l'on donne, on peut être bien plus précis avec tout ce que l'on dit car il y a beaucoup plus de gens derrière."

Lire aussi :

"En Formule 2, on essaie vraiment de se concentrer sur les principaux points parce qu'évidemment, il y a seulement une ou deux personnes maximum qui vous aident à améliorer la voiture. C'est une approche différente [en F1] et il faut un peu de temps pour s'y habituer, oui."

Leclerc explique également que l'un des premiers gros ajustements qu'il a fallu faire a été de s'adapter à la longueur des courses de F1. "Je me souviens avoir trouvé les premières courses extrêmement longues en Formule 1 par rapport à la Formule 2. Donc c'est quelque chose à quoi il faut aussi s'habituer. Après 20 tours, vous pensez que l'arrivée est dans deux tours et puis ils vous disent 'OK, encore 40 tours' et vous vous dites 'C'est long !'."

Malgré ces surprises, le numéro 16 a terminé l'année avec une meilleure idée des qualités nécessaires pour réussir en F1. "La majeure partie est liée au fait de s'habituer à ce paddock, aux choses qu'il faut faire autour du pilotage auxquelles je ne m'attendais pas au début de l'année. Toutes ces choses sont des petits détails mais ça fait une assez grande différence."

"Et aussi, juste la façon de travailler avec autant de gens. J'ai appris à travailler avec pas mal de monde. Avant, vous êtes habitué à uniquement parler à votre ingénieur et c'est tout. Donc, oui, toutes ces choses m'ont un peu changé."

Article suivant
C'était un 16 décembre : la mort de Colin Chapman

Article précédent

C'était un 16 décembre : la mort de Colin Chapman

Article suivant

Ocon restera impressionné par le dévouement de Force India

Ocon restera impressionné par le dévouement de Force India
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Sauber
Auteur Jonathan Noble