Les directeurs d'équipe critiquent le Groupe Stratégique

partages
Les directeurs d'équipe critiquent le Groupe Stratégique
Par : Benjamin Vinel
22 mai 2015 à 15:47

Départ : Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 mène
Bob Fernley, Sahara Force India F1 Team ; James Allison, Lotus F1 Team ; Cyril Abiteboul, Caterham F1 Team ; Pat Fry, Ferrari ; Bob Bell, Mercedes
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM08
Christian Horner, Team Principal de Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Franz Tost, Scuderia Toro Rosso, Team Principal

L'avenir de la Formule 1 est au coeur de toutes les discussions en ce mois de mai, dans un contexte où l'utilité du Groupe Stratégique est remise en question.

Le Groupe Stratégique s'est réuni la semaine dernière pour discuter de l'avenir de la catégorie reine du sport automobile et s'est mis d'accord sur un certain nombre de mesures à appliquer en 2017, telles que le retour des ravitaillements en essence en course, et des voitures plus rapides.

Quelques jours auparavant, de nombreux directeurs d'écuries s'étaient déclarés sceptiques quant à l'issue des discussions qui auraient lieu dans cette réunion, et Bob Fernley, team principal de Force India, reste convaincu que le Groupe Stratégique n'est pas adapté à la gérance de la Formule 1.

"Je ne pense pas que le Groupe Stratégique soit adéquat," estime Fernley. "Nous devrions rechercher quelque chose où nous avons un programme clair. Nous avons eu 18 mois, voire deux ans, de travail avec le Groupe Stratégique, et rien n'en est sorti. Nous devons chercher une meilleure façon de faire fonctionner le système."

Chaque équipe va se battre pour sa peau

Christian Horner

Fernley estime notamment qu'à l'époque où Bernie Ecclestone et l'ancien président de la FIA Max Mosley prenaient toutes les décisions, la F1 était bien mieux gouvernée.

"Jadis, avec Bernie [Ecclestone] et Max [Mosley] comme responsables, on savait à quoi s'en tenir. Je ne pense pas que les équipes devraient prendre des décisions sur l'avenir de la Formule 1. On devrait imposer l'avenir de la Formule 1 aux équipes."

Selon Christian Horner, Directeur de Red Bull, il est utopique d'imaginer que plusieurs équipes qui ont chacune leurs intérêts propres, vont se mettre d'accord sur des règles.

"Chaque équipe a ses propres intentions et va se battre pour sa peau. Le sport est géré par la FIA et promu par la FOM, et ce sont eux qui devraient se rassembler et dire : 'Comment voulons-nous la F1 ?'," déclare Horner.

Cela devrait être Bernie et Jean qui décident ensemble

Franz Tost

"Oui, nous voulons que les voitures soient plus rapides et plus agressives à piloter, mais on ne va jamais contenter tout le monde. Bernie et Jean doivent se rassembler et dire 'C'est ainsi que nous voulons notre produit et qu'il sera géré', puis nous donner le moteur et voir si nous voulons participer."

"Si on laisse les équipes essayer de se mettre d'accord sur une réglementation, on ne va jamais faire signer la même feuille à tout le monde."

C'est un point de vue que partage Franz Tost, directeur de l'écurie-sœur qu'est Toro Rosso.

"Nous discutons de trop de choses. Nous avons trop de réunions inutiles. Cela devrait être Bernie et Jean qui décident ensemble. Ils ne devraient pas demander aux équipes, parce qu'elles ne trouveront pas d'accord," conclut Tost.

Vous voulez influencer l'avenir de la Formule 1? Répondez au Sondage Mondial des Fans organisé par le GPDA et Motorsport.com!

Prochain article Formule 1
Ferrari dévoile de nouveaux simulateurs au Ferrari Store de Milan

Previous article

Ferrari dévoile de nouveaux simulateurs au Ferrari Store de Milan

Next article

GP de Monaco - La grille de départ

GP de Monaco - La grille de départ

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités