Les enjeux F1 2015 - Les lauriers peuvent-ils vraiment échapper à Mercedes?

Il peut paraître anticipé et présomptueux de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais difficile, en arrivant à Melbourne, d'imaginer une autre équipe que Mercedes rafler les couronnes mondiales pilotes et constructeurs!La question, cette...

Il peut paraître anticipé et présomptueux de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais difficile, en arrivant à Melbourne, d'imaginer une autre équipe que Mercedes rafler les couronnes mondiales pilotes et constructeurs!

La question, cette année, ne semble pas vouloir être "si", mais "comment" et "quand" la firme à l'étoile empochera les lauriers pour la seconde fois consécutive.

Certes, l'Histoire a démontré dans le passé que les luttes internes entre équipiers dans une équipe dominante pouvaient faire le jeu d'un troisième homme, comme Kimi Räikkönen s'en souvient encore bien, après avoir raflé contre toute attente le titre 2007. Mais L'avance de Mercedes-Benz est telle à l'abord de cette saison 2015 que même quelques approximations, accrochages entre pilotes ou défaillances de fiabilité ne sauraient réellement suffire à faire plier le mastodonte allemand.

Un titre à perdre plus qu'à gagner

Telle est donc la donne en 2015 : Mercedes semble être son propre ennemi, et les chiffres records (poles, victoires, doublés) de 2014 ne semblent pas si impossibles à égaler après des tests conclus devant avec des gommes moins rapides d'une seconde pleine que celles utilisées par l'équipe la plus proche. Red Bull n'a cessé de le répéter l'an dernier : jamais le Taureau Rouge n'a disposé d'une avance si conséquente sur la concurrence que celle de Mercedes au plus fort de sa domination, et la stabilité des règlements ne rend pas le rattrapage aisé.

Point notable, ni Nico Rosberg ni Lewis Hamilton n'estiment avoir tiré la quintessence absolue de leur matériel lors des essais d'avant-saison. L'ouverture du gel moteur en intersaison semble bien avoir permis aux rivaux de Mercedes de trouver un grand nombre de cv pour doper la puissance des blocs, mais Mercedes a aussi travaillé dur, et pourrait même avoir… augmenté son avance dans le domaine!

Nombre d'observateurs bien informés du paddock estiment même que Mercedes n'avait pas réellement débloqué son plein potentiel l'an dernier, même au plus fort de la lutte entre son duo pour le titre mondial, qui voyait caracoler les deux prétendants jusqu'à une seconde au tour devant quiconque.

Le seul roc pouvant finalement faire échouer Mercedes pourrait donc être un hypothétique pépin lié à une réinterprétation technique ou sportive en place, par le biais politique. Le passé a montré en plusieurs occasions que nombre d'ingénieuses trouvailles ou interprétations développées par des équipes trouvant un net avantage dans un domaine peuvent vite se voir revisitées par la FIA avec un coup de main d'équipes rivales déterminées à changer leur destin grâce à toutes les armes mises à leur disposition. Renault (mass dampers), Brawn GP (double diffuseur), Red Bull (clarifications sur la flexibilité d'éléments, diffuseur soufflé) ou Lotus (brake-by-wire) peuvent en témoigner.

Mais à l'heure où le groupe Mercedes propulse près d'un tiers de la grille et investit le plus gros budget corporatif du monde de la F1 tout en étant le potentiel sauveur de certains enjeux clé comme le GP d'Allemagne, difficile de voir un tel scénario prendre forme... Faisons-nous dès lors une raison, et apprécions un nouveau duel fratricide pour la couronne "pilotes"!

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Lewis Hamilton , Nico Rosberg
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités