Les ennuis de fiabilité de Renault résolus pour le Canada

partages
commentaires
Les ennuis de fiabilité de Renault résolus pour le Canada
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
1 juin 2015 à 09:40

Remi Taffin, Renault Sport F1 et le Dr Helmut Marko, Red Bull
Renault
Bruno Michel avec Cyril Abiteboul, Renault Sport F1
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Le monkey seat de la Red Bull RB11

Red Bull Racing et Toro Rosso sont prêts à bénéficier d'une évolution de l'unité de puissance Renault pour ce week-end au Canada. Le motoriste français a confirmé avoir résolu ses problèmes de fiabilité.

Après un début de saison terriblement décevant, un premier pas a été fait à Monaco, où les deux Red Bull ont pu courir sans le moindre souci moteur. Mais Renault devait encore valider des évolutions pour le Canada, où les V6 seront beaucoup plus sollicités qu'en Principauté.

Une solution aux ennuis de fiabilité rencontrés lors des premières manches a été définitivement trouvée et devrait permettre aux deux équipes motorisées par Renault de faire un pas en avant significatif à Montréal.

"Nous avions un problème en particulier, qui nous a tenus en retrait en matière de développement de la performance, et nous devions résoudre ce problème d'abord", a expliqué Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport F1, à Motorsport.com.

Les nouvelles pièces seront prêtes pour les essais libres de vendredi et utilisées sur les unités de puissance qui ont servi à Monaco. Ensuite, une décision sera prise sur le fait de changer ou non l'unité de puissance pour la suite du week-end, ce qui entrainerait alors des pénalités étant donné qu'il s'agira du cinquième moteur.

Un choix tactique

Les longues lignes droites et les nombreuses possibilités de dépassement, ainsi que l'entrée en action fréquente de la voiture de sécurité au Canada ou la météo souvent variable, sont autant de facteurs qui rendent la position sur la grille de départ moins importante que sur d'autres tracés. C'est pourquoi Renault pourrait choisir Montréal pour lancer l'utilisation d'un cinquième bloc.

"Cela pourrait être un peu calculé, pas en raison de l'impossibilité d'utiliser le quatrième moteur mais parce que nous pourrions utiliser le cinquième et revenir plus tard au quatrième", a confirmé Abiteboul. "Malheureusement, il s'agit un peu de limiter les dégâts désormais, d'un point de vue sportif. Nous devons en tenir compte dans notre plan d'allocation des moteurs."

Pas d'évolution de performance avant Spa

La concentration récente de Renault sur ses problèmes de fiabilité a par ailleurs mis de côté le développement de la performance. Ainsi, le V6 conçu à Viry-Châtillon ne fera pas l'objet d'évolution en matière de puissance avant quelques mois. Abiteboul a suggéré le Grand Prix du Belgique comme possible échéance afin d'utiliser pour la première fois de la saison les jetons de développement.

"Quand vous devez faire avec une telle crise de fiabilité comme nous l'avons connue en début de saison, vous ne gérez pas autre chose", précise le Français. "Si vous travaillez là-dessus, vous ne travaillez pas sur quelque chose d'autre. Donc cela a reporté l'introduction prévue en termes de performance."

Prochain article Formule 1
GP de Monaco - La grille de départ

Previous article

GP de Monaco - La grille de départ

Next article

Lotus écarte les rumeurs de vente

Lotus écarte les rumeurs de vente
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Shop Now , Toro Rosso Shop Now
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités