Les promoteurs de Bahreïn bloquent le projet de GP au Qatar

Il y a quelques semaines, Bernie Ecclestone confirmait lui-même l'intérêt grandissant du Qatar pour accueillir la Formule 1 à l'horizon 2017

Il y a quelques semaines, Bernie Ecclestone confirmait lui-même l'intérêt grandissant du Qatar pour accueillir la Formule 1 à l'horizon 2017. Pour organiser un Grand Prix nocturne à Losail – ou dans les rues de Doha –, le pays du Golfe Persique serait prêt à dépenser des sommes astronomiques. Mais cela pourrait ne pas suffire…

Ecclestone a révélé qu'il avait passé un accord d'exclusivité avec les organisateurs du Grand Prix de Bahreïn, permettant à ces derniers de s'opposer à l'organisation d'une autre épreuve dans la région. Un cas de figure qui se présente avec la candidature qatarie, mais qui n'est pas le premier du genre.

En effet, au calendrier F1 depuis 2004, l'épreuve de Bahreïn n'a pas émis d'avis défavorable à l'arrivée du Grand Prix d'Abu Dhabi en 2009. Ecclestone explique qu'à l'époque, les promoteurs des deux courses s'étaient entendus, ce qui ne semble pas être le cas pour négocier une nouvelle épreuve au Qatar. "Cette autre course a été proposée et j'ai rassemblé les gens en disant 'Pouvez-vous résoudre cela entre vous ?' et ils n'ont pas réussi à le faire."

Le projet de Grand Prix de Qatar en reste donc à ce stade, mais nul doute que l'affaire est loin d'être entendue pour un abandon définitif. Les 63 millions d'euros par an que le Qatar serait prêt à investir pour avoir la Formule 1 pèseront eux aussi dans la balance et les discussions devraient se poursuivre.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités