Les raisons du deuxième drapeau rouge à Interlagos

partages
commentaires
Les raisons du deuxième drapeau rouge à Interlagos
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
Traduit par: Benjamin Vinel
14 nov. 2016 à 13:32

Le deuxième drapeau rouge agité lors du Grand Prix du Brésil, vivement critiqué, était-il justifié ?

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, mène la course derrière la voiture de sécurité
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Un fan de Felipe Massa avec une banderole pour le remercier
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, derrière la voiture de sécurité
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid devant son coéquipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 à la sortie des stands

Après le premier drapeau rouge provoqué par l'accident de Kimi Räikkönen dans la ligne droite des stands au 20e tour, la course a repris derrière la voiture de sécurité mais a été interrompue de nouveau dans la 28e boucle. Pourtant, plusieurs pilotes affirmaient que les conditions étaient suffisamment bonnes.

Cette deuxième interruption a attiré l'ire de la foule, mais aussi de Niki Lauda, qui a affirmé qu'il s'agissait là de la pire décision qu'il ait vue en F1.

Selon les informations de Motorsport.com, la cause du drapeau rouge n'était pas une quantité d'eau trop importante en piste mais les prévisions météo, qui annonçaient que la pluie allait brièvement redoubler d'intensité : la voiture de sécurité n'aurait pu s'effacer rapidement.

Les commissaires ont eu le sentiment qu'il était mieux pour les fans d'interrompre la course et de geler le chronomètre pour laisser passer les plus fortes pluies afin que la majeure partie de la course se déroule sous drapeau vert.

En effet, si ce deuxième drapeau rouge n'avait pas fait bénéficier les concurrents de conditions plus clémentes, la voiture de sécurité serait restée en piste plus longtemps et la course aurait pris fin au bout des deux heures réglementaires, avec encore moins de tours de course effective.

Au final, la direction de course a tapé dans le mille avec cette décision, puisque les monoplaces ont parcouru les 71 tours du Grand Prix du Brésil, avec une intervention de la voiture de sécurité par la suite en raison d'accidents.

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner reconnaît que la FIA n'a pas eu la tâche facile mais estime que Charlie Whiting, directeur de course, a pris les bonnes décisions.

"On pourrait comprendre que pour les commissaires, c'était à la limite, c'était vraiment difficile pour eux", souligne Horner. "La pluie n'a pas vraiment varié entre 14 heures et la fin du Grand Prix. On peut comprendre qu'ils soient prudents, qu'ils pensent à la sécurité des pilotes à tout moment. La belle chose qu'ils ont faite, c'est de lancer la course au final, et cette course a été fantastique. Très bonne." 

Peinture Lewis Hamilton Champion du monde par Paul Oz
Peinture Lewis Hamilton Champion du monde par Paul Oz
Article suivant
Verstappen suscite les comparaisons avec Schumacher et Senna

Article précédent

Verstappen suscite les comparaisons avec Schumacher et Senna

Article suivant

Pas de podium, mais Force India fait le break sur Williams

Pas de podium, mais Force India fait le break sur Williams
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Brésil
Lieu Autódromo José Carlos Pace
Auteur Jonathan Noble