Ces "Américains stupides" à l'origine du plafond budgétaire en F1

Selon Greg Maffei, PDG de Liberty Media, le propriétaire de la Formule 1 avait été moqué dans le paddock à la suite des premières propositions concernant l'instauration d'un budget plafonné en catégorie reine.

Ces "Américains stupides" à l'origine du plafond budgétaire en F1

Lors de la prise de contrôle de la Formule 1 par Liberty Media, en 2017, Chase Carey avait été nommé à la présidence de la catégorie reine du sport automobile. Durant son mandat, ayant pris fin en janvier avec l'arrivée de Stefano Domenicali, l'Américain a contribué à l'instauration d'un plafond des dépenses fixé à 145 millions de dollars en 2021, une première dans l'Histoire de la F1.

Greg Maffei, PDG de Liberty Media, a souligné que le plafonnement des coûts, qui a été abaissé par rapport aux chiffres initialement convenus à la suite de la pandémie de COVID-19 l'année dernière, représente un succès majeur dans la carrière de Carey. 

"Chase a fait un travail remarquable", a déclaré Maffei lors d'une conférence à Wall Street. "Je me sens parfois coupable car c'est moi qui l'ai convaincu de prendre ce poste, après ça il a dû faire le tour du monde et négocier avec des équipes récalcitrantes. Chase a œuvré pour la bonne cause. Il reste notre président non exécutif, et cette relation est précieuse"

Lire aussi :

"À la suite de la récession de 2009, Bernie Ecclestone et Max Mosley ont essayé de plafonner les dépenses, mais ils n'y sont pas parvenus. [Liberty Media] a réussi, les 'Américains stupides'. Que connaissons-nous de la F1 ? Nous avons dit que nous voulions le faire, et on s'est moqué de nous. Chase l'a fait, tout le mérite lui revient. Son travail a été incroyable. Il a changé la donne en mettant le sport dans la bonne direction. Et surtout, il a obtenu la signature des Accords Concorde avec un plafonnement des coûts."

Maffei estime également que la précédente relation "toxique" entre les propriétaires de la discipline et les équipes qui la composent s'est fortement améliorée depuis la prise de contrôle de Liberty Media.

"Bernie Ecclestone a construit le produit, il mérite une reconnaissance absolue", insiste le PDG. "Mais il n'y avait pas de vision à long terme et la relation entre les promoteurs et la F1, nous, était très toxique. Tout comme celle avec les équipes. Cela a totalement changé, l'ambiance est bien meilleure, nous sommes dans un écosystème où nous construisons des choses ensemble."

partages
commentaires

Related video

Alonso : Un nouveau championnat commencera en France
Article précédent

Alonso : Un nouveau championnat commencera en France

Article suivant

Pirelli : Comment mener le développement avec le plafond budgétaire ?

Pirelli : Comment mener le développement avec le plafond budgétaire ?
Charger les commentaires