Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Comment une icône de la F1 a été créée par erreur

Selon l'illustrateur Giorgio Piola, la Lotus 79 est l'une des voitures les plus marquantes de l'Histoire, celles qui présentent des designs, des solutions ou des systèmes ayant tous été copiés par leurs adversaires tant ils étaient performants.

Comment une icône de la F1 a été créée par erreur

La saison 2022 du Championnat du monde de Formule 1 a vu le retour en force des voitures à effet de sol. C'est à Colin Chapman que nous devons cette révolution technique, le célèbre ingénieur britannique, fondateur de l'écurie Lotus, ayant introduit la toute première voiture de ce type dans les années 1970. Après plusieurs essais peu fructueux, tout le potentiel aérodynamique a pu être exploité sur le modèle 79, qui a complètement écrasé la Formule 1 en 1978.

Mais saviez-vous que l'atout de la Lotus 79, les jupes coulissantes, a été découvert presque par erreur ? À l'époque où le développement d'une F1 à effet de sol débutait à peine, les ingénieurs de Lotus menaient un programme de tests en soufflerie intensif, si bien que le modèle commençait à montrer des signes de fatigue sur les pontons. Il n'était pas prévu qu'ils s'affaissaient mais ce faisant, ils contribuaient à la nette augmentation du niveau d'appui !

D'abord déconcerté par cette situation, Lotus a fini par comprendre que le fait de combler le vide entre le bord du ponton et la route augmentait le niveau d'appui de manière spectaculaire. Mais il fallait encore trouver un moyen de reproduire les résultats vus en soufflerie sur la piste car la simple extension des pontons jusqu'au sol ne fonctionnait pas. Quelque chose de flexible, qui ne s'use ou ne se brise pas, était requis.

Mario Andretti, Lotus 78

Mario Andretti, Lotus 78

L'équipe pouvait mener ses premières expériences en Grand Prix dès la fin de la saison 1976 mais elle a préféré attendre de peur que les autres équipes ne copient la solution pendant l'hiver. Finalement, la Lotus 78, première F1 à effet de sol, a fait ses débuts au coup d'envoi du championnat suivant.

Cette voiture a certes remporté sept victoires entre 1977 et 1978 mais elle avait avant tout le rôle de laboratoire roulant, Lotus cherchant le meilleur moyen de jouir des avantages de l'effet de sol. Tout d'abord, l'équipe s'est tournée vers des brosses en nylon mais celles-ci se détruisaient trop facilement en raison du frottement répété sur le bitume. Plus l'appui augmentait, plus la voiture était aspirée vers le sol, il fallait donc trouver une solution pour que les jupes touchent le sol en position statique mais s'agitent une fois que les forces agissent sur la voiture.

Plusieurs matériaux et plusieurs méthodes ont été utilisés pour garder le précieux vide scellé avant que Lotus ne s'arrête sur la solution de la jupe coulissante, composée d'une plaque en carbone et de patins de friction en céramique situés contre la paroi du ponton. Un mécanisme à ressort  permettait de contrôler le débattement de la jupe.

Zoom sur la jupe de la Lotus 79

Zoom sur la jupe de la Lotus 79

La 78 représentait clairement un bond en avant pour Lotus mais ce n'était pas suffisant pour propulser l'équipe au sommet de la hiérarchie. Elle avait toujours besoin d'un immense aileron arrière pour améliorer l'équilibre, ce qui augmentait la traînée et donc réduisait la vitesse de pointe. Mais, surtout, cela cachait le potentiel des jupes aux autres équipes. Et lorsque la 79 bien mise au point est apparue, il était trop tard pour réagir. Les rivaux n'avaient plus qu'à rattraper leur retard et à leur tour résoudre les problèmes que Lotus avait rencontrés précédemment.

Lotus 78

Lotus 78

Vue d'ensemble détaillée de la Lotus 79

Vue d'ensemble détaillée de la Lotus 79

Pour maximiser la taille des tunnels Venturi, l'équipe a non seulement conçu un cockpit plus étroit mais aussi déplacé le réservoir derrière le pilote. Ces changements ont bien entendu rallongé la monoplace mais avec un avantage puisque cela permettait d'exploiter des tunnels plus longs, qui avaient également été élargis jusqu'au maximum permis dans la règlementation. Bien meilleure que sa devancière, la Lotus 79 a survolé les débats, décrochant dix podiums dont six victoires en onze épreuves et remportant les titres constructeurs et pilotes 1978. Et alors que les bons résultats s'enchaînaient et que les autres équipes essayaient de suivre tant bien que mal, Lotus s'est mis à réfléchir à sa prochaine machine...

Lotus 80

Lotus 80

La Lotus 80 est l'un des exemples typiques de la volonté d'innovation constante ayant animé Chapman tout au long de sa vie. Le concept a été poussé à l'extrême, en montant des jupes (en jaune ci-dessus) du nez jusqu'aux pontons courbés qui ne disparaissaient qu'après avoir atteint le train arrière, mais les performances n'ont pas suivi.

L'un de plus grands problèmes de la 80 était la difficulté à garder les jupes scellées, notamment en raison des formes arrondies de la carrosserie. L'équipe n'a jamais réussi à exploiter tout le potentiel de la création de Chapman et, après trois Grands Prix, a dû revenir au modèle 79 pour terminer la saison. Mais il était trop tard, les adversaires de Lotus avaient déjà comblé leur retard.

Avec Matt Somerfield

Lire aussi :
partages
commentaires

Les trophées de la saison 2022 de Formule 1

Les cinq performances F1 les plus mémorables en 2022