Lotus - "Faisons profil bas pour reconquérir notre place"

Capable de jouer la victoire et les podiums en 2012 et 2013, l'équipe Lotus a vécu une saison 2014 catastrophique sur le plan sportif

Capable de jouer la victoire et les podiums en 2012 et 2013, l'équipe Lotus a vécu une saison 2014 catastrophique sur le plan sportif. Avec une monoplace peu fiable et peu compétitive, l'écurie d'Enstone a chuté au huitième rang de la hiérarchie. En interne, les remous ont aussi été nombreux avec des finances exsangues et les départs de personnes-clés de l'ingénierie.

Tout en conservant son duo de pilotes formé par Romain Grosjean et Pastor Maldonado, Lotus a débuté un travail de reconquête. Propriétaire et Team Principal de l'équipe, Gérard Lopez est confiant mais très prudent après l'année noire traversée par l'équipe.

"Notre nouveau moteur Mercedes fera la différence, bien que Renault ne soit pas seul à blâmer pour la saison 2014 désastreuse", explique le Luxembourgeois à Auto Hebdo, tout en regrettant l'approche de son ancien partenaire moteur. "Il aurait été utile pour eux de ne pas concentrer leurs efforts sur une seule équipe", lâche-t-il en faisant allusion aux liens resserrés entre le Losange et Red Bull.

Lopez estime également que le personnel réduit à Enstone au cours des douze derniers mois n'est pas non plus une difficulté si grande qu'il n'y parait.

"Il y a eu beaucoup de choses d'écrites au sujet des gens qui sont partis, mais ce qui est vrai c'est que l'équipe technique qui était responsable des voitures de 2013 et 2014, à part quelques départs importants, est intacte", assure-t-il. "Nous en avons payé le prix et nous avons appris. Ce n'est pas le nombre d'employés mais l'efficacité du travail. Je connais des équipes avec 850 employés qui n'ont pas réussi pendant des années, et d'autres avec 500 employés qui ont réussi."

Une approche technique moins agressive

L'an passé, Lotus a échoué avec une monoplace au concept audacieux et trop complexe. Les pilotes ont souvent décrit leur monture comme la plus difficile à piloter qu'ils aient connue. Alors, pour cette saison 2015 qui nécessite l'intégration du V6 Mercedes-Benz, l'équipe britannique est repartie sur des bases plus simples.

"C'est une approche moins agressive", confirme Lopez. "Ce n'est pas seulement parce que nous sommes allés trop loin avec l'E22, mais nous avons aussi atteint notre propre objectif avec des développements favorisant une meilleure vitesse de pointe."

Humilité et prudence

Après avoir marqué 10 points en 2014, Lotus fait profil bas, de l'aveu même de Lopez. Il n'est pas question de fixer des objectifs précis et élevés, mais avant tout de retrouver un niveau digne du passé de l'équipe, qui permettra ensuite de nourrir des ambitions plus fortes.

"Il y a deux ans, nous avons décroché une victoire et 13 podiums. Nous étions derrière Red Bull et en concurrence avec Mercedes et Ferrari pour terminer dans le top 3 du championnat constructeurs, tout en battant McLaren, Force India et Williams", souligne Lopez. "Après une saison si difficile, je pense que c'est plus sage de ne pas parader."

"Faisons profil bas, restons humble face aux difficultés que nous avons rencontrées, et restons prudents pour ne pas appuyer sur le bouton "Repeat". Avant tout, il faut travailler pour revenir à notre forme de 2013. Ensuite seulement nous pourrons parler d'objectifs plus élevés. Il faut d'abord reconquérir notre place, puis viendra le moment de réviser nos objectifs."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pastor Maldonado , Romain Grosjean , Gerard Lopez
Équipes McLaren , Mercedes , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités