Lotus - Les directeurs d'équipes doivent mieux promouvoir la F1

Les directeurs d'équipes de Formule 1 doivent cesser de se comporter comme des "divas" et prendre les devants pour aider Bernie Ecclestone à rendre le sport plus attirant aux yeux des fans. C'est en tout cas l'opinion de Federico Gastaldi, team principal de Lotus.

Alors que le monde de la Formule 1 débat des meilleurs moyens d'améliorer le spectacle, Gastaldi affirme que toutes les équipes sont coupables de ne pas avoir fait de leur mieux pour améliorer les courses.

Ancien promoteur du Grand Prix d'Argentine, Gastaldi estime par ailleurs que la F1 ne s'est pas adaptée à l'évolution des médias, qui requiert des sports qu'ils en fassent davantage pour se vendre à cause d'une concurrence accrue et de la montée en puissance des réseaux sociaux.

"Nous discutons des façons d'améliorer le spectacle depuis le début de l'année dernière et nous sommes coupables de toutes les chefs d'accusation," déclare l'Argentin pour Motorsport.com"Il y a énormément d'opinions mais pour une raison ou une autre, nous n'avons pas aidé ces nouvelles idées à être mises en œuvre."

"Bernie insiste encore et toujours pour que nous essayions d'être plus ouverts. Beaucoup, beaucoup de choses sont prévues, mais il y a des points que nous pouvons améliorer sans avoir besoin d'argent."

"Comme être plus abordables. Les pilotes et le management peuvent être plus ouverts avec les journalistes et les équipes TV, et les pilotes peuvent être plus accessibles pour les fans. Nous devrions faire plus d'événements [promotionnels]."

Les promoteurs ont besoin d'aide

Gastaldi est catégorique : il faut que les équipes soient à l'écoute des promoteurs pour les aider à attirer plus de fans aux courses.

"Bien sûr, je ne montre personne du doigt en particulier. Mais nous sommes devenus des divas, dans le paddock. Je pense que nous devons être plus ouverts pour aider Mister E à rendre le show plus abordable pour les fans."

"C'est notre faute à tous. C'est notre responsabilité. Parce que si nous n'aidons pas les promoteurs, alors nous ne serons pas là. S'il n'y a pas de promoteurs, il n'y a pas de F1."

Un monde qui change

Selon Gastaldi, la F1 est coincée dans un état d'esprit selon lequel elle est suffisamment importante pour que les courses soient courues à guichets fermés sans que la promotion en soit faite.

Le directeur d'équipe de Lotus affirme que les temps ont changé depuis l'époque où, lorsqu'il était promoteur du GP d'Argentine, la F1 pouvait attirer un public immense avec peu d'efforts.

"J'étais promoteur en Argentine et nous avions beaucoup de chance parce qu'à l'époque, si on y allait et qu'on parlait d'amener la F1, absolument tout se vendait. Nous avions beaucoup de chance. J'ai un peu appris quand je gérais le Grand Prix avec mes frères et mes partenaires, et nous avons aussi fait le MotoGP et je suis parvenu à rencontrer d'autres promoteurs."

"Donc quand je suis arrivé de ce côté du business, ce n'était pas le même animal. À l'époque, ils n'avaient pas besoin de tellement d'aide parce que cela se passait très bien. Maintenant, il y a bien d'autres options, avec les réseaux sociaux qui ont monopolisé l'attention de la jeune génération."

"Il nous faut donc savoir comment aborder les jeunes et nous devons aider les promoteurs. Nous devons trouver comment être utiles."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags f1, gastaldi, lotus, promoteurs