Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
15 jours

Magnussen : Perdre le baquet McLaren face à Button, un "vrai choc"

partages
commentaires
Magnussen : Perdre le baquet McLaren face à Button, un "vrai choc"
Par :
5 juil. 2019 à 12:24

Si Kevin Magnussen a passé la saison 2015 sur la touche en Formule 1, ce n'est pas un hasard : il était convaincu d'avoir un baquet assuré chez McLaren.

Protégé de l'écurie britannique depuis 2010, Kevin Magnussen avait fait ses débuts en Formule 1 avec elle après avoir remporté le titre de Formule Renault 3.5, ce malgré des négociations avancées avec Force India. Le Danois s'est illustré avec la deuxième place de son tout premier Grand Prix à Melbourne et a occasionnellement montré sa pointe de vitesse lors du reste de la saison, même si l'expérience de Jenson Button a fait la différence : 126 points pour le Britannique contre 55 à son coéquipier.

Magnussen s'attendait néanmoins à être conservé pour la saison 2015, pour laquelle McLaren avait recruté un certain Fernando Alonso… mais il a finalement dû se contenter du poste de pilote de réserve, Button l'emportant pour former un duo de Champions du monde.

"C'était un vrai choc pour moi, car Éric Boullier [directeur sportif de McLaren] et le reste du management m'avaient énormément rassuré sur ma situation", se remémore Magnussen dans le podcast Beyond The Grid. "J'ai su aux alentours de Spa qu'ils avaient fait signer Alonso. Et bien avant que ce soit annoncé [le line-up a été officialisé le 11 décembre 2014, ndlr], Jenson et moi savions que l'un de nous allait partir."

"Puis nous avons commencé à nous battre avec agressivité, et la pression s'est fortement accrue, car nous savions que l'un de nous allait partir ; c'est dur comme situation. Mais à la fin, je sentais que Jenson voulait prendre sa retraite, et je crois aussi que l'équipe était en réalité enthousiasmée à mon sujet. Je ressentais beaucoup de soutien au sein de l'équipe, de la part de tous les ingénieurs et des autres, mais aussi du management."

"À la fin de la saison, je n'avais donc aucun doute sur le fait que j'allais continuer. Jenson avait même un casque d'adieu prêt pour sa dernière course et des photos dans sa salle personnelle avec des souvenirs de sa carrière. Il pensait vraiment qu'il allait partir et je croyais que j'allais rester. Nous n'avons donc même pas parlé à d'autres équipes, nous n'avions aucun plan B, car nous pensions ne pas en avoir besoin et nous savions que nous allions rester."

Kevin Magnussen, McLaren MP4-29 Mercedes, devance Jenson Button, McLaren MP4-29 Mercedes
Kevin Magnussen, McLaren MP4-29 devance Jenson Button, McLaren MP4-29

Que Button soit choisi pour épauler Alonso, à bientôt 35 ans, semble avoir étonné certains observateurs dans le paddock. Dans les instants précédant l'annonce, The Independent indiquait : "Plusieurs médias britanniques rapportaient ce matin que Button resterait pour une 16e saison en Formule 1, bien que d'autres sur le continent indiquent que Magnussen est l'option la plus probable." C'est finalement Button qui a été confirmé, à la surprise de la BBC : "Magnussen semblait être favori pour obtenir le volant aux côtés d'Alonso, mais un changement de dernière minute a fait basculer la décision en faveur de Button."

Mais que s'est-il passé ? Magnussen révèle avoir été au cœur d'un conflit entre Ron Dennis et les autres actionnaires de McLaren, à savoir Mansour Ojjeh et le groupe Mumtalakat, fonds souverain du Royaume de Bahreïn.

Lorsqu'il lui est demandé quand est-ce qu'il a appris la mauvaise nouvelle, Magnussen répond : "Un jour ou deux avant la présentation des pilotes. Jusque-là, je n'avais aucun doute. Mais ils ont tenu une réunion. J'ai commencé à être nerveux car, vous savez, nous avions besoin de passer en revue des éléments contractuels et juridiques. Mais ça ne s'est pas fait à la première réunion. Ils allaient voter, et je connaissais les gens du conseil d'administration, je savais qui allait voter pour moi et qui non."

"Vous savez, je pensais que tout le monde allait voter pour moi, parce que c'est ce qu'on m'avait dit… mais finalement, neuf personnes ont voté, sept pour moi et deux pour Jenson. Mais ces deux-là, c'étaient deux propriétaires – il y en avait trois : Ron, Mansour et les Bahreïnis, et Mansour et les Bahreïnis ont voté pour Jenson. Et ça suffisait, deux contre un parmi les propriétaires, donc ils ont décidé."

"Et je ne sais pas pourquoi. Je pense qu'il y avait beaucoup de disputes entre Ron d'un côté et Mansour et les Bahreïnis de l'autre. Je pense qu'ils voulaient juste entuber Ron, et ils allaient voter contre ce que Ron voulait, quoi que ce soit. Par ailleurs, Jenson était très proche de ces gens-là, Mansour et les Bahreïnis. Il a fait ce qu'il avait à faire, et j'en ai tiré une leçon."

Pilote de réserve McLaren en 2015, Magnussen a néanmoins eu l'opportunité de participer au Grand Prix d'Australie à la place d'Alonso, blessé en essais hivernaux – ou presque, puisqu'un problème de moteur l'a empêché de prendre le départ. Le Danois a ensuite rejoint Renault en 2016, puis Haas, où il court depuis 2017 avec de nombreuses places d'honneur à son actif.

Jenson Button, McLaren, et Kevin Magnussen, McLaren

 

Article suivant
Racing Point aura des évolutions aux trois prochains GP

Article précédent

Racing Point aura des évolutions aux trois prochains GP

Article suivant

Sainz confiant pour voir McLaren maintenir son niveau à Silverstone

Sainz confiant pour voir McLaren maintenir son niveau à Silverstone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button Boutique , Kevin Magnussen
Équipes McLaren Boutique
Auteur Benjamin Vinel