Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
75 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
88 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
111 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
131 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
145 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
159 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
187 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
194 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
208 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
215 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
244 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
251 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
265 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
278 jours

Magnussen : Dur de cibler les problèmes avec les F1 actuelles

partages
commentaires
Magnussen : Dur de cibler les problèmes avec les F1 actuelles
Par :
23 oct. 2019 à 12:00

Selon Kevin Magnussen, les monoplaces actuelles de F1 sont si performantes au niveau de l'adhérence qu'il est plus difficile de mettre en lumière les problèmes dont elles peuvent souffrir.

En 2017, la réglementation technique de la F1 a été grandement modifiée pour déboucher sur une refonte de l'aérodynamique et des pneus, le tout dans le but de rendre les monoplaces plus agressives et plus rapides. En conséquence, les vitesses de passage en virages ont été grandement augmentées et les monoplaces actuelles sont dans ce domaine les plus performantes de l'Histoire. 

Mais une telle situation a cependant pu avoir des conséquences inattendues, au-delà de celles liées à la difficulté des dépassements qui sont débattues et au centre des discussions pour 2021. Ainsi, pour Kevin Magnussen, il est désormais plus compliqué de mettre le doigt sur l'origine des problèmes en termes d'équilibre et de comportement. "Je pense que ces voitures ont tellement de grip et d'appui que vous pouvez toujours faire plus ou moins ce que vous voulez. C'est juste vraiment entièrement lié à l'adhérence globale. Elles peuvent toujours bien se comporter."

Lire aussi :

"Par le passé, avec la génération précédente de monoplaces [de 2014 à 2016], vous pouviez encore avoir de l'instabilité à l'arrière en entrée, ensuite sous-virer à mi-virage et des problèmes de traction en sortie. C'est plus ou moins ce que l'on trouvait toujours, donc il fallait toujours faire un compromis."

"Avec ces voitures, vous avez juste une quantité infinie d'adhérence. Donc vous n'avez jamais vraiment de problèmes avec l'instabilité en entrée, et si vous avez du sous-virage, vous pouvez toujours le régler. Et, au moins avec des nouveaux pneus, la traction n'est pas un problème. C'est juste que les voitures rapides ont un plus haut niveau de grip donc ce n'est plus un problème d'équilibre."

L'écurie Haas connaît une campagne 2019 compliquée. Après un premier Grand Prix prometteur, l'équipe peine à trouver un niveau de performance satisfaisant et a récemment dû revenir à la spécification Melbourne pour comprendre la racine de ses difficultés et que ses évolutions n'avaient pas fonctionné comme elles auraient dû.

Article suivant
McLaren prévoit encore des évolutions pour les derniers GP

Article précédent

McLaren prévoit encore des évolutions pour les derniers GP

Article suivant

La F1 va diffuser le Grand Prix du Mexique sur Twitch

La F1 va diffuser le Grand Prix du Mexique sur Twitch
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard